TATIE

Les employés africains de l’école Maarif turco-gabonaise se plaignent d’être moins bien lotis que leurs collègues turcs en termes de traitement. Une dualité qui pourrait saper la qualité des enseignements dispensés aux apprenants.

Les Africains du personnel de l’École Maarif turco-gabonaise se plaignent d’être moins bien traités que leurs collègues turcs. © Facebook

 

Le climat est délétère au sein de l’école Maarif turco-gabonaise, située dans la commune d’Akanda, où le personnel africain se dit méprisé par la direction. Les Africains du personnel de l’école, fruit d’un accord entre la Fondation Maarif et le Gabon en 2018, se plaignent notamment de n’être que les seuls à être thermoflashés avant d’accéder à l’établissement, contrairement à leurs collègues turcs qui sont exemptés de ce contrôle.

Aussi, les plaignants ne comprennent pas non plus pourquoi le droit de manger à la cantine de l’école leur a été retiré, alors que leurs collègues turcs, eux, ont bel et bien droit à trois repas par jour. De même, le personnel turc serait exempté d’émargement à la guérite, à l’inverse de leurs confrères africains. Selon certaines indiscrétions, quelques membres turcs de l’administration de l’école ne seraient même pas connus du ministère de l’Éducation nationale.

Autre motif de plainte, le transport du personnel est désormais exclusivement réservé aux trois employés turcs habitant dans les environs de l’école. «Le bus transportait le personnel de l’école, environ trente personnes. C’est à la suite d’un malentendu, du refus de certains employés d’être filmés par des caméras de surveillance, que la direction turque a décidé de priver les Africains du transport», a confié un employé lésé ayant requis l’anonymat.

Autant d’éléments à l’origine du climat délétère au sein de l’établissement, et qui pourraient avoir des répercussions sur la qualité des enseignements dispensés. Une issue qui pourrait écorner l’image de la Fondation Maarif, seule institution habilitée à mener des activités éducatives à l’étranger au nom de la République de Turquie, en dehors des autorisations expresses délivrées par le ministère turc de l’Éducation nationale.

 
GR
 

13 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Fu racisme en terre gabonaise. A Ntare Nzame!!! Les arabes sont pires que les français. Sachez-le ?

  2. Jacouille dit :

    Article dénué de tout fondement. Complètement faux. Ce qui est décrit dans cet article est archifaux. Ya des profs et les élèves sont transportés et tout le monde mange bien à la cantine. @Gabon Review vous faites dans la calomnie et ce n est pas digne de vous.je connais bien cet établissement arrêtez vos mensonges

  3. Nadine dit :

    S’ils se sentent superieurs qu’ils rentrent chez eux.
    Un noir ne peut pas le faire fans un pays arabes.

    • Paul Bismuth dit :

      Les turcs ne sont pas des arabes (ces derniers ne sont pas moins xénophobes pour autant). Mais il est clair que si ces faits sont avérés, c’est inacceptable. Et il doit s’en suivre une réponse sévère des autorités (un vœu pieux, je vous le concède).

  4. Grégory MBA dit :

    Je tenais à remercier Gabonreview pour cet article qui met en lumière les dérives constatées dans les grandes entreprises au Gabon. A leur arrivée ils sont doux comme des agneaux lorsqu’ils sont à la recherche ds agréments pour s’implanter en république gabonaise. A cet effet, ils promettent monts et merveilles afin de persuader et convaincre les autorités gabonaises du bien fondé de leur démarche et l’amour qu’ils témoignent au peuple gabonais. Une fois la confiance des autorités acquise, ces doux agneaux se transforment en de loups féroces, en de véritables prédateurs financiers qui, au passage piétinent les lois de république. L’école Maarif Turco gabonaise ne se soustrait pas de cette analyse. En effet, ma nièce était régulièrement inscrite dans cette école, nous n’avons obtenu de la direction le reçu de son assurance scolaire alors que l’inscription est de 100.000FCFA par élève.

  5. Pac dit :

    Pire qu’un arabe en matière de racisme on ne trouve pas dans ce monde alors faisons attention.

  6. Gabriel dit :

    Bonjour Gabonreview,je commencerais par vous remercier de nourrir chaque matin de la qualité de nombre de vos Articles.
    Toutefois faites attention de ne pas ternir votre objectivité
    Cet Article sur l’Ecole Maarif est a mon humble avis résolumment à Charge motive par quelqu’un qui veut en découdre pour des raison non avoué ici. « qui veut punir son chien l’accuse de rage » c’est bien connu (trop de choses dites ici sont fausses) La transparence Recommenderait de diligenter une visite dans cet Etablissement. Faut eviter l’argumentation Raciale facile et inutile. Pour terminer les Turks ne sont pas des Arabes (plutot proche des Grecs), Ces peoples amis ont des cultures, langue et ecriture completement opposes. Merci Gabonreview pour tout.
    *Desolé pour les nombreuses fautes, je suis dans le Rush.

    • Gabonreviewadmin dit :

      Cette école n’est pas le chien de Gabonreview qui le voudrait noyer en l’accusant de rage. C’est toujours facile de croire pouvoir des leçons à la presse lorsqu’un article ne plait ou dénonce ce qu’on croyait pouvoir tenir secret. Il ne faut pas penser qu’à Gabonreview nous sommes des amateurs ne cherchant qu’à nuire. Nos victoires lors de nos rares procès en sont la preuve. L’adage dit : « secret de deux, secret de Dieu. Secret de trois, secret de personne« . Le contenu de cet article répond aux règles du métier concernant la multitude des sources dignes de foi. Interroger la direction de l’établissement, comme souhaité par les mêmes gens déguisés ici sous de multiples surnoms, reviendrait à noyer les faits déplorés ; la pratique est connue de ces enveloppes ou faux arguments (sourire en coin et main sur le cœur) adoucissant bien souvent certains journalistes. Merci de continuer à nous suivre.

      • Jacouille dit :

        C est vraiment léger de votre part d écrire un article sur la base de sources dignes de foi. Vous parlez de transport du personnel, de cantine et thermoflasher en plein vacances scolaires. Vous vous rendez compte? Actuellement il n y a pas d activité pédagogique. Quand votre source digne de foi a t il constante cela? Moi de ce que je constate quand je m y rend il n y a rien de tout ce que vous décrivez . faites vous même votre enquête allez y l établissement est ouvert.

  7. M Thorel dit :

    C’est un article pour diffamer l’établissement et les dirigeants de cet établissement, si vous cherchez un anonymat dans cet école je suis un bon témoin pour vous c’est parce que tout ce qui passe ici est autour de nous pas vous! Vous savez que la direction n’a jamais arrêté de payer les salaires du son personnel? La Turquie a maintenu tous les salaires de tout salaires contrairement aux autres établissement pendant le coronavirus et les profs ont fait leurs cours grâce aux soutiens financiers de la direction . Tout ce qui est mentionné dans l’article ce sont des corvées et injustes envers eux, ils sont ici pour forger la jeunesse de la patrie non coloniser et mépriser de nouveau non plusss. Vous êtes très reconnaissants Pour la Turquie en faisant cette article de mensonges. J’ai entendu dire que la direction vous poursuivra pour des dommages-intérêts

    • Gabonreviewadmin dit :

      L’article n’a jamais parlé de salaires ou du maintien des cours durant le confinement. Nous ne voyons donc pas en quoi ça peut servir d’argument contre la ségrégation larvée pratiquée dans l’établissement et que nous avons bien vérifiée. Mais nous comprenons là que l’école a passé outre les instructions du gouvernement gabonais quant à la lutte contre le nouveau Coronavirus. Très bien. Ce sera un autre sujet d’article au terme d’une enquête que nous ouvrons de suite.
      Nous ne sommes pas des écervelés et notre professionnalisme est éprouvé depuis belle lurette. L’ambassade de Turquie que nous accompagnons dans le cadre de sa communication ne nous démentira pas. On attend donc votre procès. Il ne suffit pas d’en brandir la menace. Attention également aux dédommagements que nous demanderons pour tous les posts mensongers et injurieux de ceux qui ont été envoyés ici (même si parfois nous nous sommes gardés de les afficher. De plus, brandir le nom de votre pays ne nous écorne même pas un peu la quiétude. Gabonreview n’a jamais oublié comment votre pays s’est attelé à purger les complices supposés de la tentative de coup d’Etat de juillet 2016 et comment au Gabon, cinq enseignants de l’Ecole internationale turco-gabonaise (La Lumière), accusés d’être des partisans de l’opposant Fethullah Gülen ont été malmenés. Vous ne nous donnerez pas de leçon. Chiche ! Merci de continuer à nous suivre.

      • Jacouille dit :

        Qu est ce qu un conflit interne à un Etat a y avoir ici? Quel est le lien avec votre article? Je comprend alors que votre article est sous influence. L objectif de votre papier est donc de salir cet établissement. Je le redit ici rien de tout ce que vous décrivez est exact. Tout est faux. Soyez sérieux SVP

Poster un commentaire