TATIE

Le Groupement syndical des administrations gestionnaires et services centraux (G23) est en grève depuis le 27 juillet. Les agents de l’Economie, du Budget et du Pétrole qui revendiquent la régularisation de leurs situations administratives et le rétablissement à 100% de la Prime de performance budgétaire, ont mis sur pied l’«opération porte close» pour faire face au mutisme de leur tutelle, et obtenir gain de cause.

Les membres du G23 lors d’un précédent piquet de grève. © D.R.

 

Après avoir déposé un préavis de grève le 15 juillet, les agents des administrations gestionnaires et services centraux réunis au sein du G23, ont lancé un mouvement de grève qu’ils justifient par le mutisme du gouvernement. «Ce mouvement de grève baptisé « Opération porte close », paralyse les directions générales de l’Economie et de la politique fiscale (DGEPF), de l’Agence judiciaire de l’Etat (DGAJE), de la Statistique (DG Stats), la direction générale de la Prospective (DGPRO), et des services centraux du ministère de l’Economie et celui du Pétrole», a déclaré le 4 août, le porte-parole du G23.

Selon Judicaël Mbadinga Bissagou, les agents revendiquent dans l’immédiat l’annulation de la décote sur leur montant des primes, l’harmonisation des grilles, la régularisation des situations administratives, le paiement des rappels solde et l’arrimage de la pension retraite au nouveau système de rémunération. Pour rappel, indique le G23, en 2015 face au contexte économique marqué par la baisse des recettes budgétaires, le gouvernement avait pris des mesures visant à stabiliser les finances publiques. L’une d’entre elles, concernait la baisse des émoluments des agents des administrations économiques et financières. «Dans cette optique une première décote de 11% suivie d’une seconde de 31% correspondant à une diminution de 37,8% du montant initial avait été institué sur la Prime de performance budgétaire (PPB), rétribuée au agents des administrations gestionnaires et services centraux», a déclaré Judicaël Mbadinga Bissagou.

A en croire son propos, cette mesure était censée durer 2 ans mais reste en vigueur 5 ans après. Pour le G23, il est temps que la PPB soit réajustée à 100% car, assure le porte-parole, «les mesures prises pour atténuer le retournement de conjoncture de 2014 doivent prendre fin en 2020».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire