TATIE

Les ateliers de formation destinés aux participants du concours «eStartup Challenge», un programme d’accélération et d’appui aux startups et aux entreprises dans le secteur du numérique, ont été lancés le 16 octobre à Libreville. Ces formations visent à renforcer leurs capacités créatives et à les aider à peaufiner leurs projets.

Les officiels du ministère de l’Economie numérique, de la Banque mondiale et les formateurs lors de l’ouverture des ateliers, le 16 octobre 2020, à Libreville. © Gabonreview

 

Lancé le 9 septembre dernier à Libreville par le ministère de la Communication et de l’Économie numérique, en partenariat avec la Banque mondiale, le concours plan d’affaires baptisé «eStartup Challenge», récompensera les meilleurs business plan présentés dans tous les secteurs d’activités en rapport avec le numérique, prioritairement dans le domaine de la e-santé. Les ateliers de formation destinés aux participants ont officiellement débuté le 15 octobre. Ces formations visent à renforcer leurs capacités créatives et à les aider à peaufiner leurs projets.

Deux principales catégories sont proposées aux porteurs de projets dans ce concours : les startups dites «En démarrage» et celles dites «En croissance». Pour la première catégorie, il s’agit des candidats (trois par équipe) présentant «obligatoirement» un profil technique et un profil managérial, avec à leur disposition un prototype ou un service fonctionnel et testable. La seconde catégorie, quant à elle, prendra en compte les entreprises présentant un business model innovant, un produit ou un service déjà déployé et générateur de revenus. Au terme de la compétition, l’on retiendra 5 lauréats par catégorie. Ils se partageront la cagnotte de de 300 millions de francs CFA.

Selon le directeur général de la programmation de l’Economie numérique, Raphaël Mezui Mintsa, «ce dispositif viendra compléter les efforts du gouvernement pour faire du secteur des Tic (Technologies de l’information et de la communication) un acteur essentiel de la croissance qui permettra aux jeunes de s’insérer dans la vie active, participant ainsi, de manière significative, à la réduction du chômage».

Sur 431 candidats inscrits aux ateliers, 150 seront retenus pour participer en présentiel et le reste le fera en ligne. Ils seront coachés par des experts en la matière à l’exemple du promoteur du Café numérique, Sylvère Boussamba. La compétition nationale va se poursuivre jusqu’en décembre 2020.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire