GR

Au Gabon dans ce contexte de crise sanitaire, le ministre de l’Enseignement supérieur envisage une reprise des cours sous le prisme du e-learning. Pour le rendre effectif, deux prestataires ont émis des propositions qui sont en étude.

Les étudiants pourraient reprendre les cours via l’Enseignement à distance. © D.R.

 

Alors que la crise sanitaire due à la propagation du Coronavirus perdure au Gabon, la reprise des cours au sein des universités et grandes écoles pourrait se faire sous le prisme de l’enseignement à distance. Le ministre de l’Enseignement supérieur a consulté des prestataires en vue de concevoir des programmes pour garantir ce type d’enseignement. Il y voit d’ailleurs une solution à la surpopulation en milieu universitaire.

«L’alternative pour pouvoir reprendre nos activités dans un contexte de surpopulation de nos amphithéâtres, et sous l’exigence de la distance à tenir entre les acteurs, se trouve dans le e-learning. Autrement dit le télé-enseignement», a déclaré Jean De Dieu Moukagni Iwangou.

Lui et ses équipes ont été approchés par deux partenaires intervenant dans le domaine de l’enseignement supérieur et qui ont présenté devant les enseignants et les responsables d’établissements, des solutions qui charpentent leurs propositions. Reste à définir la meilleure offre. «Maintenant, les chefs d’établissement vont avoir à se retrouver, à analyser en se plaçant dans toutes les postures envisageables, notamment la posture de l’enseignant et celle de l’apprenant, pour voir de toutes les offres qui ont été formulées, laquelle s’adapte le mieux à leur milieu», a expliqué le ministre de l’Enseignement supérieur.

«(…) l’option de la dématérialisation des enseignements est clairement partagée par tous», a-t-il assuré. A la question de savoir à quand la reprise via le télé-enseignement, Jean De Dieu Moukagni Iwangou indique, «nous irons aux délais que les techniciens nous garantirons». «L’un des prestataires nous assure que son cadre de travail est prêt et qu’il est prêt à engager la dématérialisation», a-t-il ajouté soulignant qu’il reste «que tous les contenus pédagogiques soient saisis et rendus disponibles».

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Enseignant dit :

    La solution de la surpopulation universitaires c’est la construction de nouveaux amphithéâtre M. Le ministre et non une utopie de plus morts né comme toutes les autres.
    Le problème de la dématérialisation de l’enseignement se pose depuis des années, ne et n’a jamais pu trouver De solutions malgré tous les séminaires et Les task forces de l’éducation de  »haut niveau » qui se sont tenus. Aujourd’hui qu’est ce qui a changé pour que les choses changes?

  2. Elvire MASSIMA dit :

    Il faudrait bien étudié tous les contours,le public visé a t-il des moyens pour recevoir ces enseignements ? maîtrise t-il les nouvelles technologies ?Le e-learning est très méconnu et impraticable.il faut d’abord une phase experimental.es ce qu’il y aura une rétroaction entre l’enseignant et l’étudiant?et les évaluations se dérouleront en ligne?

  3. diogene dit :

    Pourquoi pas échanger nos avions de guerre, nos fusils mitrailleur, nos camions lance eau et autres instruments de maintien des usurpateurs contre des respirateurs et des ordinateurs pour les élèves…?

Poster un commentaire