TATIE

Le nombre de bourses dans l’enseignement supérieur public offert par le Maroc, à travers l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), a évolué de 60 en 2016 à 150 en 2020. Signe de la vitalité de la coopération entre les deux Etats.

Le Maroc a offert 150 bourses d’enseignement supérieur au Gabon en 2020. © D.R.

 

L’ambassadeur du Maroc au Gabon, Abdellah Sbihi, et la directrice générale de l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) ont récemment passé en revue la coopération dans le domaine de la formation supérieure publique entre les deux pays.

Selon le diplomate marocain, cette relation bilatérale qualifiée d’excellente a permis au Gabon de bénéficier de 150 bourses d’étude dans les universités publiques marocaines, via l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) : 130 pour la formation universitaire et 20 pour la formation professionnelle, faisant ainsi du Maroc la première destination des étudiants gabonais. Concernant les études supérieures dans les universités privées, le diplomate marocain a relevé la qualité de cet enseignement qui constitue, à l’instar de l’enseignement public, un vivier de compétences contribuant à la formation des futurs cadres gabonais.

Remerciant le Maroc, la directrice générale de l’ANBG a émis le souhait de bénéficier d’un point focal auprès de l’AMCI pour une meilleure fluidité des échanges : notamment en ce qui concerne les établissements d’enseignement supérieur privé reconnus par l’Etat marocain, pour une meilleure orientation des jeunes gabonais. Les deux parties ont convenu de se réunir régulièrement pour un suivi permanent afin que l’axe Libreville-Rabat gagne en vitalité dans ce volet de coopération.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. KOULA-MOKOKO Pierre dit :

    Nous saluons l’excellence bilatérales entre le Royaume du Maroc et la République Gabonaise, notamment en matière d’éducation et de formation, matérialisée par l’octroi aux étudiants gabonais des bourses d’étude dans les universités publiques marocaines, via l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI).
    Ce que l’ambassadeur du Maroc au Gabon et voir les plus Hautes Autorités gabonaises ignorent, c’est que ces bourses sont monnayées à l’ANBG. Il est exigé aux parents à partir de 1 500 000 FCFA selon que l’enfant remplisse ou pas les conditions d’obtention d’une bourse d’études.
    Vivement que les « Serpents » s’intéressent à ce sujet.

  2. Mbeda Mboma dit :

    Le Gabon!!!!!!!!
    des éternels assistés, des éternels mendiants…
    Les Hommes politiques ont tués les universités du Gabon en pillant et en détournant les budget alloués. Maintenant il faut aller mendier les bourses au Maroc. Un pays qui vivaient des bourses gabonaise et dont les enseignements sont médiocres. Non mais sans Blague un pays pétrolier qui forme sa progéniture par des bourses de coopérations d’un autre pays aussi pauvres que lui et qui n a aucune richesse. comble du ridicule.

Poster un commentaire