HABANA

A la faveur d’une réunion avec le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, les chefs d’établissements d’enseignement supérieurs publics ont déclaré l’impossibilité de reprendre les activités en raison de la crise politique actuelle.

Chefs d’établissements d’enseignement supérieurs, lors de la réunion du 19 septembre 2016. © Gabonreview

Chefs d’établissements d’enseignement supérieurs, lors de la réunion du 19 septembre 2016. © Gabonreview

 

Annoncée par certains chefs d’établissement d’enseignement supérieur publics, il y a quelques semaines, la reprise des cours semble loin d’être effective. A la faveur d’une réunion de prise de contact organisée le 19 septembre avec Désiré Guedon, nouvellement nommé à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les recteurs d’universités et directeurs généraux de grandes écoles ont affirmé attendre la fin du processus électoral en cours avant d’envisager la rentrée académique 2016-2017.

Scène de la réunion avec Désiré Guedon. © Gabonreview

Scène de la réunion avec Désiré Guedon. © Gabonreview

Pour le recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), Marc-Louis Ropivia, le risque réside précisément dans le fait que des enseignants et nombre d’étudiants sont connus comme des acteurs politiques. Or, selon lui, il s’agit d’individus «porteurs de germe de déstabilisation», en raison de leur prise de position politique. Toute reprise précipitée avant la prestation de serment du président de la République élu pourrait donner lieu à des manifestations violentes au sein de l’université, pouvant inévitablement se déporter à l’extérieur de celle-ci. Par ailleurs, a-t-il poursuivi, la détention de Jean Rémy Yama, le président du Syndicat des enseignants et chercheurs (Snec), et les chantiers inachevés des voiries et du campus universitaires apparaissent également comme autant de raisons ne permettant pas d’envisager une rentrée dans les meilleurs délais.

Si la situation de crise générée par le scrutin présidentiel du 27 août dernier a également été évoquée par d’autres responsables d’établissements d’enseignement supérieur pour justifier leur réticence à reprendre les cours, la question des budgets a aussi été abordée au cours cette réunion. Le recteur de l’Université des sciences de la santé (USS) a notamment déploré que son établissement n’ait pas de budget de fonctionnement depuis janvier 2016. A l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM), la rentrée est principalement compromise par le retard du paiement des heures supplémentaires aux enseignants pour la période 2015-2016. Un retard dû à un budget de fonctionnement payé à 40%. A l’Ecole normale supérieure (ENS), où la rentrée administrative est timide depuis quelques semaines, le même problème de budget est connu.

A l’Institut supérieur de technologie (IST), à l’Institut universitaire des sciences de l’organisation (IUSO) et à l’Institut national des sciences de gestion (INSG), c’est le paiement des vacations aux enseignants qui pose également le plus de problème. Les responsables de ces établissements ont déploré l’absence de budget de fonctionnement, quand à l’Ecole normale supérieure d’enseignement technique (ENSET), tout semble aller pour le mieux. Seule la crise politique actuelle ne permet de reprendre les enseignements.

 

 
GR
 

10 Commentaires

  1. lavatar dit :

    A l’institut de gestion le 1er semestre de l’année 2016 n’est même pas encore terminé. Ah mon Dieu!!!! L’ecole au Gabon.

  2. gee dit :

    ce n’est que le début du commencement!!! vive les bars et les motels

  3. messowomekewo dit :

    Pauvre Guédon,il n’a pas les épaules assez larges pour gérer l’enseignement sup. De toutes les façons il y en a pour quelques mois et on passera à une nouvelle ère. Tous ces amateurs ont montré en 7 ans leurs limites.

    • Akewa dit :

      Vraiment pauvre Guédon ! Il s’est montré impuissant face au bordel que les squatters ont foutu aux logements sociaux d’Angondjè st une autre patate chaude (l’enseignement supérieur) que lui offre ABO. Gouvernement d’incompétents, les syndicalistes vont leur faire ça DUUUUURE !

  4. bonga pierre dit :

    Aucun candidat n’a parlé de l’université, ce qui est dommage pour la jeunesse. Curieusement, beaucoup d’idiots pensent avoir fait le bon choix

  5. dave dit :

    Il faut lire le projet de société du candidat unique de l’opposition avant de débiter les inepties mon cher pierre. Car réagir comme un chantre de l’émergence, c’est l’essence même de l’idiotie.

  6. Letroisfois dit :

    Tous le système académique publique en ce qui concerne l’uss doit être mis à plat et à refaire comme si on venait à peine d’être à l’ère de l’indépendance……faut enlever les exclusions des gabonais a l’uss poussant les jeunes gabonais à s’exiler à l’étranger et etablir des réformes sérieuses à USTM et l’UOB sous la base des revendications des étudiants

  7. bassomba dit :

    Beaucoup d’entre nous ont au moins un enfant à l’Université,….qui perd tant qu’il n’y a pas cours? Les politiques vont nous le faire DURE, car ne rêvez pas, Ali est là jusqu’à au moins 2023, je l’ai toujours dit et je le redis. Que ce soient les enfants d’Ali, de Ping, de Ndzouba et Tartempion, ils n’apprennent pas au Gabon. Ces gens n’ont rien à cirer que l’année soit blanche ou noire, c’est nous qui allons faire prendre du retard à nos propres enfants, pendant que ceux des autres apprennent dans des grandes Universités occidentales, le retour de bâton sera douloureux!

Poster un commentaire