TATIE

Lancé le 9 septembre à Libreville par le ministère de la Communication et de l’Économie numérique, en partenariat avec la Banque mondiale, le Concours plan d’affaires baptisé «eStartup Challenge», récompensera les meilleurs business présentés dans tous les secteurs d’activités en rapport avec le numérique, prioritairement dans le domaine de la e-santé.

Moment de la cérémonie de lancement du concours, le 9 septembre 2020, à Libreville. © eGabon

 

Dans le but de promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes et soutenir les petites entreprises locales, le gouvernement gabonais et la Banque mondiale, par l’entremise du projet eGabon, organisent le Concours plan d’affaires baptisé «eStartup Challenge». Lancée le 9 septembre à Libreville pour courir jusqu’au 31 octobre 2020, cette compétition nationale envisage de récompenser les meilleurs projets dans tous les secteurs d’activités en rapport avec le numérique, prioritairement dans le domaine de la santé numérique (e-santé).

Les organisateurs annoncent une enveloppe de 300 millions de FCFA à partager entre les 10 différents lauréats de ce concours, dont l’un des principaux objectifs est de «répondre à la problématique du chômage chez les jeunes», notamment en encourageant l’auto-emploi. Les candidats qui se seront distingués par la viabilité de leurs projets bénéficieront également d’un accompagnement de 12 mois au sein d’un incubateur.

Dans le cadre du «eStartup Challenge», deux principales catégories sont proposées aux porteurs de projets, à savoir : les startups dites «En démarrage» et celles dites «En croissance». Pour la première catégorie, il s’agit des candidats (trois par équipe) présentant «obligatoirement» un profil technique et un profil managérial, avec à leur disposition un prototype ou un service fonctionnel et testable. La seconde catégorie quant à elle prendra en compte les entreprises présentant un business model innovant, un produit ou un service déjà déployé et générateur de revenus. Au terme de la compétition, l’on comptera 5 lauréats par catégorie.

Pour cette première édition, seulement trois provinces sont prises en compte, à savoir : l’Estuaire, le Haut-Ogooué et l’Ogooué-Maritime.

Les modalités de participation au concours sont à consulter ICI.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Numeric tout peut se faire de façon virtuelle. L’Afrique et le Gabon en particulier ferait mieux de tenir compte de leur diaspora dans ce genre d’activité. D’autant plus que le Gabon continue de financer les études de nombreuses personnes dans les universite etrangers et qui ne vont pas rentrer dans ce pays qui l’étouffent maintenant meme ceux qui le confisquent.

  2. Gayo dit :

    En numérique tout peut se faire de façon virtuelle. L’Afrique et le Gabon en particulier feraient mieux de tenir compte et utiliser les compétences de de leur diaspora dans ce genre d’activité en créant un cadre qui facilite leur participation dans le développement et l’innovation. D’autant plus que le Gabon continue de financer les études de nombreuses personnes dans les universite etrangers et qui ne vont pas rentrer dans ce pays qui l’étouffent maintenant meme ceux qui le confisquent.

  3. Ahamadou dit :

    Fabrique le boi qui renforce les muscle

  4. Fabrique le bois qui renforce les veine

Poster un commentaire