mdas

 

Cinq lauréats du concours «eStartup Challenge», un programme d’accélération et d’appui aux startups et aux entreprises dans le secteur du numérique ont reçu, le 30 septembre, des mains du ministre délégué auprès du ministre de l’Économie numérique, Gisèle Akoghet, leur plan de décaissement en rapport avec le plan de financement présenté, pour définitivement mettre en pratique les idées de départ pour lesquelles ils ont été sélectionnés.

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie numérique, Gisèle Akoghet, remettant le plan de décaissement des financements à un des lauréats, le 30 septembre 2021. © Gabonreview

 

Après les phases de soumission, de présentation, de sélection, de formation et de formalisation des Startups, lauréates du concours eStartup Challenge lancé par le ministère de la Communication et de l’Économie numérique, en partenariat avec la Banque mondiale, place désormais à la réalisation des projets présentés. Les responsables de ces startups, à la suite de la présentation, le 30 septembre, des avancées dans la formalisation de leurs projets ont reçu du ministre délégué auprès du ministre de l’Économie numérique, Gisèle Akoghet, leur plan de décaissement des financements.

Lors du lancement de ce concours en septembre 2020, deux principales catégories avaient été proposées aux porteurs de projets : les startups dites «En démarrage» et celles dites «En croissance». Les cinq lauréats de cette catégorie, formés durant une année par l’incubateur Ogooué Labs ont reçu leur plan de financement. «Je voudrais, au nom du ministre d’Etat, Anicet Mboumbou Miyakou, féliciter et encourager ces lauréats qui ont pris conscience de la nécessité d’être au service de leurs compatriotes, mais qui ont compris le sens de l’engagement à pouvoir se mettre au service du développement de leur pays», a déclaré le ministre Gisèle Akoghet.

Le membre du gouvernement encourage d’autres Gabonais à s’engager à apporter leur pierre dans la construction du Gabon. «Il s’agit de l’économie numérique, mais je le souhaite pour tous les autres secteurs, parce que c’est de-là que notre pays, le Gabon, sera lui aussi, un grand pays. L’économie numérique est un facteur de développement, il doit participer comme tous les autres secteurs au développement de notre pays, que ce soit dans l’agriculture, dans la santé, cela passe inéluctablement par le numérique. Parce c’est le futur», a-t-elle ajouté.

Devenir des entreprises pourvoyeuses d’emplois

© Gabonreview

«Aujourd’hui, c’est une étape qui met en exergue, le début de leur activité effective en tant qu’entrepreneurs par la création de leurs entreprises, de leurs startups et par le mise en oeuvre de leur plan de décaissement par rapport à leur plan de financement, pour partir des idées de départ pour lesquelles ils ont été sélectionnés et devenir, demain, des entreprises pourvoyeuses d’emplois, mais surtout des solutions dans le secteur du numérique, de la santé et de notre économie», a déclaré Raphael Mezui Mintsa, le directeur général de l’Economie numérique, président du Comité technique du projet EGabon.

Il rappelle que ce projet est financé à hauteur de 300 millions de francs CFA, par la Banque mondiale(BM) qui accompagne l’État depuis 2018. «Ce financement qui avait une durée de 5 ans est censé finir cette fin d’année, mais nous sommes en train de travailler avec la BM, de manière à ce qu’on puisse prolonger de deux ans cette innovation parce que sans innovations, sans tout ce qui est développement de l’écosystème numérique, nous ne pourrons pas réaliser tous les autres programmes de transformation numérique».

Les projets présentés portent sur la conservation des langues locales gabonaise et africaines, la gestion des compteurs d’électricité depuis l’endroit où l’on se trouve, la mise à disposition d’une application pour la recherche des médicaments en pharmacie, les rendez-vous avec les médecins, ainsi que pour la mesure du stress chez les travailleurs pour leur permettre d’avoir une meilleure qualité de vie.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. tripodi herve dit :

    bravo pour ces initiatives

Poster un commentaire