mdas

 

Entre l’arrivée et le départ de Renaud Allogho Akoue à la tête de la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale (CNAMGS), près de 400 millions de FCFA ont été dépensés au titre des évacuations sanitaires sans éléments justificatifs comptables.

Près de 400 millions de FCFA sortis de la CNAMGS sans justificatifs au titre des évacuations sanitaires. © D.R.

 

Renaud Allogho Akoue à la barre, le 4 août 2022, à Libreville. © Gabonreview

En un peu plus de deux ans passés à la tête de la CNAMGS, Renaud Allogho Akoue aurait validé 15% des demandes d’évacuations sanitaires portées à l’attention de l’entreprise étatique dont il avait la charge jusqu’en novembre 2019. Si cette prestation inhérente aux missions de la Caisse a permis de soulager une centaine de patients et leurs familles, devant la cour criminelle spécialisée ce jeudi 4 août, l’ancien directeur général est soupçonné d’en avoir personnellement tiré parti.

Au titre de ces évacuations sanitaires, 385 millions de FCFA ont été sorties des caisses de la CNAMGS  entre l’arrivée de Renaud Allogho Akoue à la tête de la structure, en octobre 2017, et son départ, en novembre 2019. Des sorties d’argent qui, selon Bertin Methomo, ont été effectuées sans éléments justificatifs comptables.

Le président de la cour reproche également à l’ancien manager d’avoir payé certaines prestations liées au même service sur la base de simples devis, souvent au bénéfice des prestataires n’ayant signé aucune convention avec la CNAMGS, et de gré à gré. C’est notamment le cas avec GHC, le gestionnaire de La Maison Casablanca, un appartement loué 33 millions de FCFA par an, pour l’hébergement des patients évacués au Maroc.

Répondant aux préoccupations de la cour, Renaud Allogho Akoue a expliqué que les hôpitaux recevant les patients gabonais en France, au Maroc et dans d’autres pays exigent d’être payés avant et souvent sur devis, les factures n’arrivant qu’après le traitement du patient. S’agissant des structures non conventionnées, il explique que les hôpitaux publics, en France notamment, ne signent pas de convention.

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Loozap dit :

    Les détournements sont tellement partout l’on voit même ca dans la médecine, c’est triste !

Poster un commentaire