mdas

 

Une délégation du bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a été reçue, le 25 septembre par le ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas. Au cœur de leurs échanges : la finalisation, par le Gabon, de la rédaction des rapports périodiques au titre de la Convention contre la torture et d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et du 4e cycle de l’Examen périodique universel (EPU).

La délégation du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme posant avec le ministre de la Justice, à l’issue de la séance de travail. © Gabonreview

 

Après le séminaire ayant permis, du 19 au 22 septembre, la validation des rapports relatifs aux organes conventionnels des droits de l’Homme des Nations Unies et celui sur l’examen périodique universel, Françoise Mianda et Martin Seutcheu du bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont devisé avec le ministre de la Justice.

Pour les deux diplomates onusiens, l’élaboration des rapports par le Gabon permettra assurément au pays de se mettre à jour et d’honorer ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme.  Elles estiment ainsi que «le Gabon est sur la bonne voie» et à poursuivre sur cette lancée. «Nous allons continuer à soutenir le Gabon dans ce sens. Car, il gagnerait à montrer ce qui a été fait en termes de lois adoptées, des avancées, mais aussi sur la mise en œuvre de toutes les recommandations émises par les différents mécanismes au-delà des défis à relever», a fait savoir Françoise Mianda.

En janvier 2023, 14 pays devraient présenter leurs rapports devant les pairs pour examen aux Nations Unies. Le Gabon figure dans cette liste et le travail réalisé par le Comité de rédaction lors de l’atelier de Libreville a été d’un apport certain. Madame Mianda laisse entendre qu’il sera par la suite soumis au Comité des droits de l’homme, sur l’examen périodique universel le 10 octobre prochain à Genève.

Les efforts consentis par le Gabon en matière des droits de l’homme et les recommandations notamment en vue de rendre permanent le Comité de rédaction ont été salués par ces diplomates qui soulignent que «la finalisation de sa rédaction par le Gabon permettra de se mettre à jour par rapport à ses engagements internationaux».

Martin Seutcheu, pour sa part, a recommandé au Gabon de prévenir les discours de haine en période électorale, d’appuyer les avocats et les magistrats y compris la Société civile, ainsi que la Commission nationale des droits de l’homme dans sa mission. Il a proposé au Gabon l’élaboration d’un plan d’action, pour obtenir les financements en vue d’accomplir efficacement ces actions.

Pour sa part, Erlyne Antonela Ndembet Damas a réitéré l’engagement du Gabon à poursuivre le travail entamé avec le Haut-Commissariat aux Nations Unies dans l’optique d’une meilleure présentation des rapports attendus le 23 janvier 2023.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire