HABANA

 

Ayant permis de réaliser des économies estimées à environ 400 milliards de francs CFA, les travaux de la taskforce sur la dette intérieure lancée près d’un an plus tôt sous la direction du Coordinateur général des affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin, ont permis la relance de plusieurs chantiers, à l’instar du stade du Prytanée militaire à Libreville.

«La taskforce sur la dette intérieure a permis d’économiser des centaines de milliards de FCFA». © D.R.

 

Près d’un an après leur démarrage, en juin 2020, sous l’impulsion d’Ali Bongo, des travaux de la taskforce sur la dette intérieure du Gabon ont commencé à porter leurs fruits. À l’arrêt depuis plusieurs mois ou encore à l’état de simples projets, plusieurs chantiers ont été relancés depuis quelque temps dans la capitale et à l’intérieur du pays. Leur financement est rendu possible grâce aux économies réalisées au terme des travaux cette taskforce placée sous la direction du Coordinateur général des affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin.

«La taskforce sur la dette intérieure a permis d’économiser des centaines de milliards de FCFA. Cet argent sert aujourd’hui à améliorer la vie des Gabonaises et des Gabonais. C’est le cas notamment en matière d’éducation», a confirmé Jessye Ella Ekogha, jeudi 6 mai, sur sa page Facebook.

Il y a quelques mois, le porte-parole de la présidence de la République avait en effet informé que les enquêtes de terrains menées par les différentes composantes de la taskforce, y compris à l’intérieur du pays, avaient permis de déceler plusieurs irrégularités dans les prestations offertes par les entreprises qui réclamaient de l’argent à l’État gabonais. Mieux, plusieurs d’entre elles n’étaient pas en phase avec la loi, particulièrement en ce qui concerne le paiement de leurs impôts et la déclaration de leurs employés. Conséquence : pour éviter d’éventuelles poursuites, les entreprises s’étant trouvées en délicatesse avaient opté pour l’annulation de leurs réclamations. Ce qui a donc permis à l’État de faire de sacrées économies.

 
GR
 

10 Commentaires

  1. Bassomba dit :

    Mention TRÈS BIEN

    • Gayo dit :

      Tu es aussi stupide que ce pseudo-journal qui est incapable d’illustrer de tels propos avec des chiffres 400 milliards de dettes annulés, Ok! Mais un lecteur instruit, objectif et rigoureux sait que celà ne veut pas dire que 400 milliards sont rentrés ou retournés dans les caisses de l’état instantanément et aimerait mieux comprendre comment sur le court terme celà permet de dégager des économies et combien pour ces piètres investissements qui sont insuffisants pour faire oublier la misère induite par la gouvernance médiocre d’Ali Bongo qui en plus de vendre les terres donne maintenant en esclave les gabonais à Olam avec des emplois qui rendent plus prëcaires.

  2. Mezzah dit :

    Pour seul exemple la rénovation d’un stade militaire, pitié.
    Et personne n’est poursuivie devant la justice parce que ce sont eux mêmes qui détiennent les entreprises indélicates, ce sont eux mêmes qui signent les bons de commande de travaux, ce sont eux mêmes qui sortent l’argent des caisses de l’état pour payer leurs propres entreprises.
    Tout le monde sait ce qu’il faut faire pour qu’il y ait un vrai changement.

  3. Hermann O. dit :

    On va finir par croire que tout va pour le mieux en terme d’orthodoxie financière. On nous montre tous les jours dans les médias des arrestations et condamnations pour viols, vols, meurtres…Mais gestion de la chose publique c’est le calme plat!!! Bon on ne fera pas la fine bouche, le prochain règlement de compte c’est pour bientot!C’est souvent à l’occasion de ces guerres intestines que des indélicats sont exposés!!

  4. Milangmissi dit :

    Si j’ai bien compris nourredin bongo a découvert que des entreprises ont tenté de flouer l’état en facturant des travaux qu’ils avaient pas réalisé.
    Si cela est vrai:
    1/pourquoi la liste des entreprises n’est pas toujours pas connue?
    2/pourquoi les entreprises ne sont pas poursuivies ?
    Si vous n’avez aucune réponse à ses deux questions il faut revenir sur l’info principale et conclure cette histoire est un coup de communication rien d’autre

Poster un commentaire