HABANA

 

Sous le thème « Le Dialogue social, levier indispensable pour la préservation de l’emploi et la relance de l’économie en période de Covid-19 », le Gabon a célébré le 1er mai, la 135e édition de la fête du travail. Si seulement 8 personnes ont été décorées, l’occasion a été donnée aux partenaires sociaux de remettre au chef du gouvernement un manifeste contenant, entre autres, leurs revendications. Rose Christiane Ossouka Raponda a dit en prendre acte.

Le chef du gouvernement s’exprimant le 1er mai 2021. © Communication gouvernementale

 

’Le Dialogue social, levier indispensable pour la préservation de l’emploi et la relance de l’économie en période de Covid-19’’. C’est sous ce thème qu’a été célébrée le 1er mai au Gabon, la fête du travail. Loin des festivités habituelles, Covid-19 oblige, aucune manifestation d’envergure ni décoration de masse n’a été organisée. Seuls 8 travailleurs ont été décorés par le chef du gouvernement, pour leur ancienneté au service de l’Etat et de leurs administrations respectives. Au nombre des récipiendaires, trois médaillés de bronze, trois d’argent et deux d’or. S’ils se sont dit honorés, les partenaires sociaux ont pour leur part remis au Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, un manifeste contenant, entre autres, les inquiétudes des travailleurs en cette période de crise sanitaire.

«Des milliers de travailleurs du Gabon restent confinés, beaucoup perdent leur emploi et même leurs vies. Dans ce contexte de crise généralisée, il convient de souligner le cas particulier des populations les plus vulnérables. C’est donc le lieu pour nous de réitérer que le choix du gouvernement doit de plus être orienté vers la protection des populations, la préservation de l’emploi», a déclaré Etienne Moussavou, porte-parole des syndicalistes. «Il paraît donc urgent pour notre pays de favoriser la mise en place d’un cadre formel de dialogue et de concertation permanent. Nous voulons ici et maintenant interpeller le Premier ministre sur l’urgence de donner forme et vie au Conseil national du dialogue social qui ne saurait être assujetti à l’organisation des élections professionnelles», a-t-il ajouté.

«Le thème retenu pour la 135ème édition de la fête du travail, illustre la dynamique de dialogue qui anime régulièrement les partenaires sociaux que vous êtes. Le dialogue social doit être intensifié en ces temps difficiles de crise sanitaire où la prise en charge des intérêts individuels des travailleurs commande des solutions pensées, acceptées et mises en œuvre collectivement. Et ce, en toute confiance», a pour sa part répondu le Premier ministre. Indiquant que le gouvernent a été instruit de «tout mettre en œuvre pour garantir l’effectivité et la vitalité du dialogue social renforcé au sein des entités publiques et privées», elle a assuré que le gouvernement en est conscient. «C’est pourquoi j’en ai fait une de mes priorité», a-t-elle prononcé. «Le gouvernement a pris acte, travailleuses et travailleurs, des préoccupations qui sont les vôtres dans le manifeste qui m’a été remis», a-t-elle soutenu Ossouka Raponda.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire