mdas

 

Produit en juin 2022 dans «Les ateliers Varan» à Paris, en France, le film documentaire de 21 minutes «Chez Francis» de l’actrice, scénariste et réalisatrice de documentaires Pauline Mvele Nambané était diffusé en avant-première le 8 septembre dans les jardins de l’Institut français du Gabon (IFG), à l’occasion du Festival court-métrage 22mns.

Pauline Mvele Nambané, actrice, scénariste et réalisatrice de documentaires. © D.R

 

Loin des plateaux de tournage et de réalisation pendant plus de trois ans, l’actrice, scénariste et réalisatrice de documentaires, engagée dans les causes humaines, revient sur les écrans pour exposer et interpeller sur la problématique des personnes du troisième âgée en France, souvent abandonnée par les leurs dans les établissements hors ménage, ou seules à leur domicile. 

À la faveur d’un stage d’écriture dans «Les ateliers Varan» en France, Pauline Mvele Nambané, derrière sa caméra, a souhaité  savoir comment les personnes du troisième âge sont traitées en France par leur progéniture. «Chez Francis», titre du film documentaire, est le salon de coiffure ayant permis à la réalisatrice de recueillir et de partager avec ses cinéphiles, l’expérience de ces personnes qui ont vécu mille vies.

Derrière les cheveux blancs et le dos croulant, il y a plusieurs situations différentes qui nous interpellent tous, parce qu’on sera tous vieux un jour, pour constater leur très grande fragilité. «Moi, en tant qu’Africaine, burkinabé-gabonaise, je voulais jeter un regard sur comment les personnes âgées sont traitées en France, parce que c’est complètement différent de ce que nous, on vit et je pense que sur ce point-là. Ils ont beaucoup à apprendre de nous. C’est un film entièrement produit par les ateliers Varrant», a confié Pauline Mvele Nambané. 

Très engagée pour les causes humaines, Pauline Mvele Nambané assure demeurer fidèle au genre documentaire qui raconte une histoire en s’appuyant sur le réel, qui aide très souvent à comprendre l’autre et à développer notre compassion. «Dans le documentaire, il y a de l’engagement et je suis quelqu’un de très engagé pour plusieurs causes. Il traite de la réalité, les gens se sentent touchés», a-t-elle confié, indiquant que cette nouvelle production marque le départ de sa nouvelle carrière. «À partir de ce film, j’ai décidé de porter mon nom de jeune fille sur mes productions. Maintenant c’est Pauline Mvele Namambé pour rendre aussi hommage à mes parents et signifier ma double culture».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire