TATIE

Évènement inédit survenu le 23 novembre sur le football africain. Le président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad, vient d’être suspendu pour 5 ans par la Fédération internationale de football association (Fifa). Accusé de détournement de fonds, le malgache ne sera pas candidat à sa propre succession à l’élection à la présidence de la Caf, prévue le 12 mars au Maroc.

Le président de la Confédération africaine de football (Caf) suspendu pour 5 ans par la Fédération internationale de football association. © D.R.

 

Le président de la Confédération africaine de football (Caf), Ahmad Ahmad, vient d’être suspendu pour 5 ans de toute activité relative au football (administrative, sportive et autre) au niveau national et international par la Fédération internationale de football association (Fifa).

Élu en mars 2017, le Malgache ne pourra donc pas briguer sa propre succession lors de l’élection présidentielle de la Caf, prévue le 12 mars au Maroc à laquelle il avait annoncée sa candidature. Ahmad Ahmad a été reconnu coupable «d’avoir enfreint les articles. 15 (Devoir de loyauté), 20 (Acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages) et 25 (Abus de pouvoir) de l’édition 2020 du Code d’éthique de la Fifa, ainsi que l’art. 28 (Détournement de fonds) de son édition 2018».

 La Fifa a également retenu contre le Malgache les charges concernant «diverses questions liées à la gouvernance de la Caf, dont l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque (Oumra), ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel et d’autres activités.»

Dans sa décision, intervenue à la suite à d’une longue audition, «la chambre de jugement de la Commission d’Éthique a établi, sur la base des informations recueillies par la chambre d’instruction, que M. Ahmad Ahmad  avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d’autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF», ajoute la Fifa qui lui a infligé une amende de 185 000 euros.

Deux ans après son élection, Ahmad Ahmad était sous le viseur de la justice dans l’affaire Tactical Steel, un contrat d’équipement jugé surfacturé. En Juin 2019, le Malgache avait été interpellé par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif) à Paris, avant d’être relâché.

Après l’effacement d’Ahmad Ahmad, le Congolais Constant Omari assurera l’intérim jusqu’à l’élection de la présidence de la Caf, le 12 mars au Maroc. Le scrutin opposera l’Ivoirien Jacques Anouma, le Sud-Africain Patrice Motsepe, le Mauritanien Ahmed Yahya, et le Sénégalais Augustin Senghor.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire