HABANA

 

La Confédération africaine de football (Caf) a rejeté, le 26 mai, la plainte de la Fédération congolaise de football (Fecofa) au sujet de Kanga Guelor. La Fecofa garde cependant un mince espoir puisque la décision de la Caf peut être attaquée.

La Caf a rejeté «purement et simplement la plainte de la Fecofa» relative à l’affaire Kanga Guelor. © D.R.

 

Après une interminable attente parsemée de rebondissements, la Confédération africaine de football (Caf) a tranché sur le cas Kanga Guelor qui oppose la Fédération congolaise de football (Fecofa) à la Fédération gabonaise de football (Fegafoot). Dans sa décision rendue ce 26 mai, le jury pluridisciplinaire l’instance faitière du football africain a rejeté «purement et simplement la plainte de la Fecofa».

L’affaire Kanga Guelor a pris corps au lendemain de l’élimination de la RDC de la course à la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021. Le pays, par l’entremise de la Fecofa, a saisi la Caf pour obtenir la disqualification du Gabon à la prochaine Can au Cameroun, pour avoir fait jouer Kanga Guelor sur la base des papiers d’identité présumés faux.

Après avoir examiné les éléments qui lui ont été transmis par la partie congolaise, le jury disciplinaire a estimé que «les prétentions de la Fecofa ainsi que les éléments présentés par cette dernière n’ont pas été jugés probants et suffisants pour établir la matérialité d’une falsification de l’identité du joueur de la part de la Fegafoot ; en outre le jury disciplinaire n’a pu constater aucune irrégularité concernant l’éligibilité du joueur en question, ni de son enregistrement au sein de la Caf», peut-on lire dans la décision dont Gabonreview a obtenu copie.

Un mince espoir pour la Fecofa

De plus, «le joueur Guelor Kanga Kaku est enregistré sur le système CMS de la CAF comme étant de nationalité gabonaise et ayant participé depuis 2008 à l’ensemble des compétitions de la Caf avec l’équipe nationale du Gabon et les équipes gabonaises en compétitions interclubs». Si la Caf donne raison au Gabon dans cette affaire, sa décision peut toutefois être attaquée par la RDC devant le jury d’appel de la Caf.

«Celui qui entend interjeter appel doit annoncer son intention par écrit dans un délai de trois jours à compter de la communication de la décision. Si le dernier jour du délai est un jour férié dans le lieu de domicile, le délai expire le jour non férié suivant. Le recours doit ensuite être motivé par écrit dans un délai supplémentaire de sept jours, qui commence à courir à l’expiration du premier délai de trois jours», a expliqué la Caf. Le cas échéant, «la présente décision devient exécutoire à l’expiration du délai d’appel», a conclu l’instance faitière du football continental.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Raoul Bayard Nna Nze dit :

    Point Barre. Il n y a rien d’autre à ajouter c’est tout. Celui qui boude bouge😀😀😀😀😀

Poster un commentaire