GR

 

La Ligue nationale de football professionnel (Linafp) a reçu 520 millions de francs CFA correspondant à 42,78% de la subvention de la saison 2019-2020, fixée à 1,215 milliard de francs CFA. Des fonds pour lesquels le ministère des Sports a demandé les justificatifs des dépenses «dans les meilleurs délais». 

Patron de la Linaf, Brice Mbika Ndjambou a été invité à fournir les justificatifs de l’utilisation de 520 millions de FCFA correspondant à une partie de la subvention de l’Etat. © D.R.

 

Comment a été gérée une partie des fonds débloqués par l’Etat pour l’organisation du championnat national de football ? Une question posée par le ministre des Sports au président de la Ligue nationale de football professionnel (Linafp), dans un courrier dont Gabonreview a pris connaissance. L’objet de cette correspondance porte en effet sur une «Demande de justificatifs de l’utilisation de la subvention du National-Foot 2019-2020».

Pour le compte de la saison 2019-2020, la subvention allouée à la Linaf, en charge de l’organisation du championnat de D1 et D2, a été fixée à 1,215 milliard de francs CFA. Soit un milliard versé par Gabon Oil Company (Goc) et 215 millions par le ministère des Sports. Le championnat ayant été interrompu à la 6e journée, en raison du Covid-19, la Linaf n’a pas reçu l’intégralité de sa subvention.

La structure dirigée par Brice Mbika Ndjambou a tout de même encaissé 520 millions de francs CFA, correspondant à 42,78% du budget arrêté en début de saison, pour couvrir certaines dépenses. «Je vous demande de nous communiquer les justificatifs des dépenses des fonds qui ont été alloués à votre compétition, par des paiements du Trésor public, à hauteur de 519 943 657 FCFA», a indiqué le ministre des Sports.

Les 520 millions de francs CFA ont notamment permis de couvrir la subvention octroyée aux 14 clubs de D1 pour 280 millions de francs CFA (20 millions par club) ; ou encore celle allouée aux 10 clubs de D2 à hauteur 125 millions de francs CFA (12,5 millions par club). A ces dépenses s’ajoutent l’organisation de 58 matchs de championnat en D1 et D2 pour 54 millions de francs CFA, les salaires du personnel de la Linaf à hauteur de près de 38 millions de FCFA, les honoraire du comptable de la Linaf pour un montant de 7,9 millions de francs CFA, etc.

«Je sais pouvoir compter sur votre diligente collaboration pour nous transmettre tous les justificatifs détaillés de la Linaf et de tous les clubs de D1 et D2 afin de permettre la reddition des comptes dans les meilleurs délais», a souhaité Franck Nguema dans le courrier. A la lumière de cette correspondance, le ministre des Sports semble désormais attacher du prix à l’orthodoxie financière au sein des instances sous sa tutelle.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Je retiens SEULEMENT de votre article ceci : « …le ministre des Sports semble DÉSORMAIS (A NTARE NZAME*) attacher du prix à l’orthodoxie financière au sein des instances sous sa tutelle.

    *A NTARE NZAME, c’est le PAUVRE Serge Makaya qui le dit. Étonné que c’est MAINTENANT que ce ministre attache du prix à l’orthodoxie financière au sein des instances sous sa tutelle. Kiééééé !!! A NTARE NZAME !!!

  2. beka dit :

    Voici ce qui manque, d’une manière générale, à toute l’administration gabonaise : une voix capable de de demander des comptes aux agents et responsables du bien commun, de rappeler que tous, sans exception, des agents aux autres élus de l’Etat, ne sont en réalité que des commis chargés d’effectuer telle ou telle mission. Et que, in fine, ils ont le devoir d’en rendre compte. Le nouveau Premier ministre, pour le bien du Gabon et de son image propre, gagnerait à instituer une telle pratique à tous les niveaux de gestion de la chose publique.

Poster un commentaire