mdas

 

Présenté comme un fleuron de la formation professionnelle au Gabon, le Centre international multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel (CIMFEP) de Nkok a été fermé ce 29 juin par les agents en colère qui réclament de meilleures conditions de travail.

Suite à une grève générale illimitée, les portes du Centre de Nkok sont fermées. © D.R.

 

Le Centre international multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel (CIMFEP) de Nkok enregistre sa première grève, un an après son ouverture. Le personnel en colère a fermé le 29 juin les portes de l’établissement. Les agents dénoncent l’absence de décision d’affectation, textes de détachement et un traitement social inadéquat.

Wolfgang Ossavou et une partie du personnel en grève le 29 juin. © D.R.

Selon  le délégué du personnel, Wolfgang Ossavou, «la primes liée à l’éloignement, la prime de présence et le transport sont quasi-inexistant». «On nous a doté d’un minibus qui ne peut transporter qu’après plusieurs tours, la centaine d’agents affectés à cet établissement», a-t-il ajouté.

L’Etat a débauché des enseignants dans les lycées techniques pour les nouveaux centres de formation mais ces enseignants sont victimes de suspension de solde parce que dit-il, «leur situation administrative n’est pas claire. Ils ne sont plus du Lycée technique, ils ne sont même pas du CIMFEP de Nkok». Ces soldes sont suspendus depuis 2 mois.

Une idée des revendications du personnel du CIMFEP. © D.R.

Si ces enseignants disent attendre la régularisation de leur situation administrative, le personnel du CIMFEP de Nkok s’inquiète tout aussi des conditions de travail. «Le centre de santé est non approvisionné en médicaments, les machines des ateliers ne sont pas assurées», a déclaré Wolfgang Ossavou selon qui, plusieurs cas d’accidents graves ont été enregistrés dans les ateliers. «Face à tout ceci, le personnel s’est réuni et a décidé d’interpeller la hiérarchie en initiant une grève d’avertissement qui a été précédée d’un préavis de grève», a-t-il fait savoir.

Le préavis de grève et la grève d’avertissement épuisé, l’administration centrale de l’Agence nationale de la formation professionnelle et la direction générale du CIMFEP seraient restées de marbre. «Alors, les agents ont décidé d’entrer en grève illimitée. Les cours sont suspendus, les ateliers sont fermés, l’établissement est fermé», a-t-il conclu.

 

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Le régime moribond des bongo croit qu’un projet tel celui-là est fini quand les bâtiments sont construits et un recrutement mal géré en place. La planification et le suivit n existeront jamais aussi longtemps qu’une famille de cancres nous dirige.

  2. Mezzah dit :

    Ce régime qui excelle dans la médiocrité, les détournements de l’argent public, l’emprisonnement des innocents….ne sait pas que l’avenir d’un pays réside dans la formation de la population.
    Comment imaginer qu’un seul minibus assure le transport du personnel? Pourquoi une telle incompétence? Pourquoi traite-t-on les humains comme du bétail ? Et on parle d’émergence !

  3. NAN87 dit :

    Mon frère ce n’est pas un membre de la famille qui est à la tête de ce centre de Formation. Un membre de cette famille a fait des efforts pour construire. Un groupe de plusieurs familles se sont partagé la gestion du centre. La faute à qui ? Un moment arrêtons de mal pointer la cible de nos critiques

  4. CALVIN FORESTER dit :

    Vraiment arrêtons de mal pointé la sible

Poster un commentaire