TATIE

Dans le cadre du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (PRODECE), le Centre de formation et de perfectionnement professionnels Basile Ondimba (CFPPBO) sera réhabilité. Pour vérifier sa faisabilité, le ministre en charge de la Formation professionnelle qu’accompagnait la représentante de la Banque mondiale s’est rendu sur le site le 23 novembre.

Madeleine Berre (centre) et la représentante de la Banque mondiale (gauche) lors de la visite. © Gabonreview

 

Dans le cadre du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (PRODECE) financé par la Banque mondiale au Gabon, le Centre de formation et de perfectionnement professionnels Basile Ondimba (CFPPBO) va être réhabilité. Le 23 novembre, le ministre en charge de la Formation professionnelle s’est rendu sur le site pour une visite de terrain. L’objectif, a déclaré Madeleine Berre qu’accompagnait la représentante résidente du groupe de la Banque mondiale pour le Gabon, était «de faire le point sur le financement de la réhabilitation de ce centre, vérifier la capacité à réaliser les travaux qui sont attendus par les plus hautes autorités de l’Etat». Concrètement, a expliqué Madeleine Berre, il était question de voir la faisabilité de la réfection du bâtiment, des salles de classe et des travaux dirigés d’autant plus que, a-t-elle dit, le CFPPBO «a des murs qui sont encore biens».

Le CFPPBO sera réhabilité avec à la clé, le transfert de certaines filières à Nkok. © Gabonreview

«Nous avons un déficit de classes. Nous sommes en train de voir comment on peut optimiser ces travaux pour répondre à l’amélioration des conditions d’apprentissage des jeunes et leur permettre d’intégrer rapidement le marché de l’emploi», a-t-elle ajouté. Indiquant que la plupart des filières industrielles que le CFPPBO délivre seront transférées au nouveau centre multisectoriel de Nkok, Madeleine Berre a signifié que l’idée est également de réfléchir sur l’orientation des filières à optimiser. «Une chose est certaine, ne vont rester ici que les filières pâtisserie, boulangerie et tout ce qui a trait à la restauration parce qu’il y a une forte demande et ce sont les filières qui marchent le plus», a fait savoir le ministre en charge de la Formation professionnelle.

Signalant que les travaux commenceront dans les prochaines semaines, la représentante de la Banque mondiale a indiqué que cette visite avait également pour but de recueillir l’avis du ministre quant aux travaux à réaliser. «Elle nous a donné des orientations assez précises quant à la réhabilitation du building», a déclaré Alice Ouédraogo. Concernant le coût des travaux, Alice Ouédraogo a signalé que «pour l’instant c’est un peu difficile de chiffrer le coût de la réhabilitation parce qu’il y aura un travail de recalibrage». Cependant, a-t-elle rappelé, le PRODECE, est un projet d’environ 60 millions de dollar. L’enveloppe prend en compte le financement de deux centres de formation professionnels qui vont être construits à Nkok, la réhabilitation de 4 centres professionnels ainsi que lycées techniques «et toute la partie entrepreneuriale avec l’ONE».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire