TATIE

Lsecrétaire générale du ministère de la Fonction publique, Habiba Issa Epse Yanga, accompagnée du secrétaire général du ministère du Budget, a rencontré le 24 novembre, les membres du Comité de pilotage du Forum de la Fonction publique pour définir ensemble la stratégie de mise en œuvre du plan d’action 2020-2021 et réfléchir sur un chronogramme d’actions approprié.

Moment de discussion des membres du Comité de pilotage du Forum de la Fonction publique, autour du plan d’action 2020-2021. © Gabonreview

 

Pas de temps à perdre ! C’est du moins ce que laisse penser l’attitude de l’administration et des membres du comité de pilotage du Forum de la Fonction publique réunis le 24 novembre dernier, pour apprécier de manière inclusive, participative et transparente, l’ensemble des 31 actions retenues dans le cadre du plan d’action 2020-2021. Il s’agissait surtout de définir un chronogramme de travail pour la mise en œuvre de ces recommandations.

«Il était question dans le cadre de cette rencontre, de discuter avec les partenaires et membres du comité de pilotage et de suivi du forum de la Fonction publique, des conclusions du Conseil des ministres dernier en matière de régularisation des situations administratives des agents publics, mais également des textes qui sont liés à la modernisation des ressources humaines au niveau de la fonction publique », a confié Habiba Issa Epse Yanga.

De l’avis du Vice-président du comité de pilotage du Forum, Joël Ondo Ella, cette démarche initiée par le ministre de la Fonction publique, permet de croire à un démarrage imminent de la mise en œuvre des 31 recommandations du plan d’action 2020-2021, dont la faisabilité a été appréciée au regard de la situation économique et financière de l’Etat.

«Les travailleurs doivent se rassurer que les choses vont devoir commencer et que l’inquiétude des uns et des autres, qui est d’ailleurs justifiée, devrait aujourd’hui s’apaiser parce que nous sommes impliqués dans ce travail et à aucun moment nous n’allons permettre que leurs intérêts soient menacés. Nous avons en idée, les jeunes qui attendent, ceux qui sont en activité ainsi que les retraités et qu’à aucun moment leurs intérêts ne seront occultés », a-t-il confié.

En effet, ces questions regroupées au nombre de 31, tournent pour l’essentiel autour des problématiques d’’arrimage de la pension retraite, le recrutement et la régularisation des situations administratives. Le plan d’action 2020-2021 prévoit également la mise en place de la Commission interministérielle (ministère du Budget, ministère de la Fonction publique) chargée de réfléchir sur les modalités d’arrimage des pensions au nouveau système de rémunération et sur l’instauration d’un cadre de discussion approprié, pour le dialogue social au sein des départements ministériels.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire