mdas

 

Glenne Bikie, gabonaise de 25 ans, mère d’un nouveau-né, a récemment ôté la vie de Bertina Abobe, 32 ans, après une énième altercation, le 1er septembre dernier à Libreville, entre les deux femmes qui partageaient la vie d’un autre compatriote, D.M, âgé de 38 ans.

Glenne Bikie Ebozogo, auteure présumée du coup fatal, attend son jugement à « Sans-Famille ». L’Union/Sonapresse

 

Selon le quotidien l’Union qui les rapporte ce lundi 12 septembre, les faits se sont déroulés au tout début du mois courant. Une compatriote, Bertina Abobe Magassi, 32 ans, a trouvé la mort à Libreville à la suite d’une altercation avec Glenne Bikie Ebozogo. Elle aurait reçu un coup de couteau au niveau du cou.

Les deux femmes, croient savoir nos confrères, n’étaient pas à leur première bagarre. Toutes deux partageaient vraisemblablement la vie d’un autre compatriote, D.M., âgé de 38 ans. Une idylle à trois qui n’était pas du goût de la victime qui aurait sans cesse provoqué et fini par humilier sa «rivale» jusqu’à leur ultime altercation, le 1er septembre dernier, non loin du domicile de Glenne qui, lassée des humiliations infligées aurait décidé d’en finir. 

Acte de légitime défense ? C’est la question à laquelle la justice répondra dans quelques semaines voire des mois. En attendant, auditionnée vendredi 9 septembre par le juge d’instruction, la meurtrière présumée de 25 ans, mère d’un nouveau-né, a été inculpée pour homicide et placée en détention préventive à la maison d’arrêt des femmes de la prison centrale de Libreville. Glenne attendait son affectation après avoir subi une formation à l’École nationale des eaux et forêts (Enef).

 
GR
 

1 Commentaire

  1. cb dit :

    Vraiment incroyable !

    Prière de corriger l’expression « subir une formation » qui me parait on ne peut plus curieuse.

Poster un commentaire