GR

Dans la nuit du 15 au 16 mai, deux écoles primaires et deux Lycées ont été cambriolés : ordinateurs et plusieurs objets didactiques ont été emportés.

Deux écoles primaires et deux lycées ont été vandalisés dans la nuit du 15 au 16 mai au Gabon. © D.R.

 

Plusieurs établissements scolaires secondaires et primaires ont été cambriolés par des inconnus, dans la nuit du 15 au 16 mai à Libreville et à l’intérieur du pays, a révélé Guy Mombo, syndicaliste et membre de la Convention nationale des syndicats de l’éducation nationale (Conasysed).

Il s’agit précisément de l’Ecole primaire sino-gabonaise de Melen, l’Ecole de Belle Vue 1, le Collège d’enseignement secondaire d’Avorbam situé au nord de Libreville et du Lycée Léon Mboumba de Fougamou.

Les vandales qui ont saccagé les mobiliers et détruit plusieurs documents administratifs ont emporté ordinateurs et plusieurs objets didactiques.

Le syndicaliste assure que cette vague de violence est la conséquence de la fermeture des établissements scolaires décrétée par le gouvernement en raison de la pandémie de Covid-19, surtout que la plupart des établissements scolaires sont dépourvus d’un dispositif de sécurité approprié. «La majorité des établissements scolaires du Gabon sont abandonnés à eux-mêmes. Il n’existe ni clôture ni agents de sécurité encore moins un dispositif de sécurité. La sécurité des établissements est généralement assurée par le chef d’établissement. Comment voulez-vous qu’il y ait de la sécurité ? Nous ne pouvons enregistrer que des cas semblables», a regretté Patrick Mombo.

Depuis le confinement et la fermeture des établissements scolaires décidés par le gouvernement, des établissements scolaires mais aussi des magasins et échoppes ont été cambriolés à Libreville, à Port-Gentil et dans d’autres localités du Gabon.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr. Lors des supposés ou avérés enlèvement des enfants pendant une période, une décision de l’Etat visant à sécuriser les établissements de la République avait été prise. Nous sommes en Mai 2020 même pas une patrouille. Mr le syndicaliste parle de clôture et de surveillance assurée par le Responsable de l’établissement. Je suis désolé de constater qu’il y a amalgame. car comment demander à une autorité publique soit elle Directeur d’école de faire la police nuit et matin, midi et soir alors que ses missions sont essentiellement pédagogiques, disons scolaires. Et même s’il dispose d’un budget de fonctionnement ce n’est pas destiné au volet sécurité. Par défaut il risque même sa vie. Amen.

Poster un commentaire