TATIE

Un présumé trafiquant d’or d’origine malienne a été interpellé, le 9 mars, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, en possession de 20 kilogrammes (kg) d’or. Il tentait de se rendre à Dubaï où il devait écouler cette marchandise d’environ 500 millions de francs CFA.

Quelques lingots d’or découverts dans la valise du présumé trafiquant. © Capture d’écran/Gabonreview

 

Le gouvernement gabonais a interdit en septembre 2018 toutes activités d’orpaillage, de recherche et de production d’or sur le territoire national. Or, le 9 mars, un ressortissant malien a été appréhendé à l’aéroport international Léon Mba de Libreville par la police nationale. Il tentait de quitter le pays avec une valise contenant 20 kg d’or estimés à environ 500 millions de francs CFA.

Djibril Hissirou est ce présumé trafiquant d’or malien qui a réussi à collecter 20 kg. Il tentait de déjouer la vigilance des policiers de l’aéroport de Libreville et comptait s’envoler pour Dubaï (Émirats arabes unis) où il devait les vendre. Manque de peau, il a été arrêté par les éléments de la Police judiciaire.

Les sources relayant cette information assurent que le présumé trafiquant avait déjà contacté de potentiels acheteurs dans ce pays et n’espérait plus que les rejoindre. Une démarche qui passe outre toutes les réglementations en vigueur dans le pays contenues dans le nouveau Code minier. Ce qui l’expose donc à des sanctions allant jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 100 millions de francs CFA. Ceci d’autant plus que l’or a été classé comme «une substance stratégique pour l’économie gabonaise» ; preuve de l’importance du secteur dans la relance de l’économie nationale.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Lavue dit :

    EH oui,
    Bravo à nos forces de sécurité. Les étrangers au Gabon ne sont pas suffisamment punis. Il faut des sanctions exemplaires à l’encontre de ce bandit. Ailleurs ce pauvre type écoperait de plusieurs décennies de prison si ce n’est la peine capitale (USA, pays d’ASIE). Au Gabon on est trop complaisants avec ces délinquants, souvent du fait qu’ils ont un parrain dans les cercles du pouvoir. Le Gabonais est incapable de faire confiance à son propre frère se lie à n’importe quelle personne venue de loin, avec l’espoir de pouvoir voler ou piller sans être trahi, un leurre. Un comportement irresponsable. Un Malien, un Béninois, un Togolais, Sénégalais, j’en passe, si le Gabonais pouvait savoir ce qu’ils pensent de lui. Le vrai cancre qu’on peut divertir avec le maraboutisme puis arnaquer à la fin. La faute à qui?

Poster un commentaire