mdas

Augustin Bouengoune n’a plus la confiance des fidèles, après avoir été inculpé pour un détournement de 200 millions de francs CFA. Le président de l’Eglise évangélique du Gabon a été appelé à la démission le 29 décembre, par les membres de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo sud-est dont il est issu.

Augustin Bouengoune, le président de l’EEG appelé à la démission. © D.R.

 

Augustin Bouengoune n’est plus en odeur de sainteté au sein de sa  communauté religieuse. Le président de l’Eglise évangélique du Gabon a été appelé à la démission par ses pairs pasteurs laïcs de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo sud-est. Dans un point presse tenu le 29 décembre, «les membres de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo sud-est déclarent retirer leur confiance à un de ses fils et exige qu’il se retire», a indiqué le révérend pasteur Samuel Minko.

L’appel est consécutif à l’inculpation, le 21 décembre, d’Augustin Bouengoune et d’autres membres de l’EEG pour un détournement de 200 millions de francs CFA, décaissés par l’Etat pour les des frais d’écolage de l’année académique 2018-2019.

Si les guides religieux ont été laissés en liberté, les membres de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo sud-est estiment que les chefs d’accusations qui ternissent l’image de l’église sont d’une gravité «telle qu’ils ne sont plus dignes de conduire le troupeau». «Soucieux de la préservation de l’éthique chrétienne et de la déontologie pastorale ainsi que la restauration de l’église évangélique du Gabon, les pasteurs laïcs de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo déclarent ne pas tolérer de tels actes qui ternissent l’image de l’église et les condamne avec fermeté», a déclaré le révérend Samuel Minko.

Souhaitant que l’enquête aille à terme et que les organes décisionnels prennent des mesures qui s’imposent, les membres de la région synodale de l’Ogooué-Ivindo sud-est affirment avoir «confiance aux autres membres du conseil national ainsi qu’aux autres organes décisionnels de l’église, pour l’application stricto sensu des textes organiques et réglementaires».

Outre les malversations financières, Augustin Bouengoune est accusé d’avoir créé un climat délétère au sein de l’EEG caractérisé «par l’injustice, les turpitudes, les magouilles et d’autres travers», ont regretté les membres de l’EEG.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire