HABANA

 

Le ministre des Travaux publics a rappelé, le 13 avril, dans un communiqué que «toute réfection des chaussées doit obéir aux normes en vigueur». Léon Armel Bounda Balonzi a prévenu que le non-respect de cet impératif expose les contrevenants à des sanctions.

Léon Armel Bounda Balonzi a mis en garde le 13 avril 2021, les personnes physiques ou morales qui ne respecteraient pas les normes en vigueur en matière de réfection des chaussées. © L’Union

 

Face à la dégradation constatée sur le patrimoine routier national suite à la mauvaise qualité de réfection des chaussées, le ministre des Travaux publics a tapé du poing sur la table. Dans L’Union du 13 avril, Léon Armel Bounda Balonzi a rappelé à toute personne physique ou morale qui réalise des travaux sur le réseau routier national que «toute réfection des chaussées doit obéir aux normes en vigueur».

Selon le membre du gouvernement, «le contrôle de la qualité des travaux est effectué par les agents du ministère, appuyés par le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics du Gabon (LNBTPG)». Léon Armel Bounda Balonzi a prévenu que le non-respect de cet impératif expose les contrevenants aux sanctions prévues par la loi n° 013/2003 du 17 février 2005 portant protection du patrimoine routier national.

Une mise au point s’adressant aux petites et moyennes entreprises (PME) décrochant des marchés pour reboucher les «nids de poule» sur certaines voies secondaires. Par endroit et très souvent, la qualité du travail laisse à désirer. Léon Armel Bounda Balonzi gagnerait aussi à s’attaquer à la problématique de certains particuliers, généralement des jeunes, qui interviennent sur des voies dégradées dans les quartiers à base de béton ; généralement pour se substituer aux TP et se faire un peu d’argent de poche.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Milangmissi dit :

    ça s’appelle une sortie à la hauteur de la médiocrité de l’homme. Vraiment pathétique.

  2. B. Jean Clément dit :

    Il y a au Gabon, des PME qui avaient bénéficié des formations dans le cadre du programme PERFED financée par l’Union européenne et l’Etat Gabonais. Les ouvriers de ces entreprises ont été formés durant près de 2 ans à l’école des travaux publics de Fougamou à travers plusieurs modules.
    Nous avons vu le résultat positif de ces PME sur le terrain durant la période 2009 à 2014. La qualité du travail était validée par le ministère des TP.
    Ensuite arriva cette période ou les entreprises ont eu du mal à e faire payer leurs prestations par l’État. Plusieurs de ses PME ayant une expertise dans le domaine de l’entretien routier ont du mal aujourd’hui à répondre à des appels d’offres, car ayant cumulé des arriérés dans le non paiement de la CNSS, Cnamgs et les impôts. Celà à cause de leurs créances logé à la dette intérieur.
    Résultat, nous voyons proliférer dans notre pays, des PME n’ayant aucune expertise sur le génie civil.
    Au ministère des TP, ils connaissent les véritables PME qui ont l’expertise, le matériel et le personnel. Nous avons des PME labellisé PERFED. La solution est dans nos mains. Nous avons des PME capable qui ont fait leurs preuves.

Poster un commentaire