" " Gabon : Carmelia Ntutume décote le passage en classe supérieure | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

 

La Direction générale de l’enseignement scolaire et normal (DGESN) a adressé une note, le 12 mai, aux directeurs des académies provinciales et aux chefs d’établissements du secondaire. Il est demandé à ces derniers d’acter le passage en classe supérieure des élèves dont la moyenne annuelle sera comprise entre 9,5 et 9,99/20, sous certaines conditions. Nivellement vers le bas de l’école gabonaise ?

Sous certaines conditions, une moyenne annuelle de 9,5 donne désormais accès en classe supérieure. © Unicef

 

C’est une décision qui ravirait les apprenants, tout comme elle ferait sûrement jaser les parents, tant elle consacre l’éloge à la paresse. Désormais, dans les lycées et collèges, l’élève ne sera plus obligé d’obtenir au moins 10 de moyenne pour passer en classe supérieure. Une moyenne annuelle comprise entre 9,5 et 9,99 sera suffisante, comme l’a indiqué la Direction générale de l’enseignement scolaire et normal (DGESN), le 12 mai.

«Dans un souci de reconnaissance des performances développés par certains élèves tout au long de l’année scolaire, les conseils de classe sont exceptionnellement autorisés à accorder une indulgence à ceux des élèves dont la moyenne annuelle sera comprise entre 9,5 et 9,99/20, et qui auront, durant tous les trimestres, fait preuve de fréquentation régulière, de conduite irréprochable, et de progrès dans le travail», a prescrit la directrice générale de l’enseignement scolaire et normal, dans une note adressée aux directeurs des académies provinciales et aux chefs d’établissements du secondaire. «Vous êtes chargé, chacun en ce qui le concerne, de la stricte application des présentes directives», a insisté Blanche-Reine Mebaley.

Le passage en classe supérieure au secondaire avec un «9 fort» n’est pas nouveau au Gabon. Toutefois, il restait à l’appréciation du seul conseil de classe, qui étudiait les dossiers des élèves à partir d’un certain seuil (9,8 au moins) et actait le passage de ces derniers sous certaines conditions. Mais avec cette note aux allures d’injonction, de repêcher les élèves à partir de 9,5, c’est clairement un nivellement vers le bas de l’école gabonaise qui se dessine à l’horizon. Pourquoi ne pas descendre à 8 pour magnifier cette «indulgence» prônée par le ministre de l’Education nationale.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Chacha dit :

    Vraiment c pas possible !

Poster un commentaire