HABANA

 

«Devenir consultant spécialisé et exercer le métier de la consultance»  est le leitmotiv de la Mission du conseil des consultants africains (MCCA) qui organise, en partenariat avec la Fondation pour l’assistance et le développement communautaire (Fadec ONG), deux séminaires de formation destinés aux professionnels de plusieurs secteurs en vue de les aider à acquérir les connaissances nécessaires à l’exercice des métiers de la consultance et être opérationnel pour le marché, autant africain qu’international.

Formateurs et participants à la formation «Devenir consultant spécialisé et exercer le métier de la consultance» proposée par la MCCA, à Libreville. © Gabonreview

 

La Mission du conseil des consultants africains (MCCA) organise, en partenariat avec la Fondation pour l’assistance et le développement communautaire (Fadec ONG), deux sessions, du 19 au 30 avril 2021, à Libreville, puis du 5 au 14 mai 2021, à Port-Gentil, des sessions de formations visant à renforcer, voire à inculquer aux participants les notions relatives à la consultance. La formation porte essentiellement sur les meilleures pratiques de gestion en passant par les trainings et les séances de stratégie.

«Être consultant spécialisé au niveau de la MCCA, c’est exercer plusieurs métiers à la fois. Ce qui distingue cette profession éminemment difficile et parfois jugée “fourre-tout” par ceux qui ne l’ont pas pratiqué», a fait savoir le Dr. Nicolas Etoyi, le président de la MCCA.

La formation cible les professionnels ou toute personne souhaitant changer de profession ou bien intégrer un réseau. «Que le consultant travaille dans le domaine stratégique ou dans le management consulting, l’intégration de systèmes ou dans un domaine conseil niche, le consultant spécialisé est celui qui formalise dans un délai livrable ou une présentation les résultats d’une mission (stratégie, besoins fonctionnels, audit, diagnostic, benchmark…)», a expliqué l’un des formateurs, qui relève par ailleurs que «les institutions internationales comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et le Fonds monétaire international sont disposées à ne traiter qu’avec des consultants africains en ce qui concerne l’Afrique».

Au terme de cette formation, les participants devront être capables de rédiger des offres en tenant compte des termes de référence, de travailler leur branding personnel, d’activer un nouveau réseau et d’acquérir une toute nouvelle certification. Ils pourront également exercer des missions à travers le continent, d’autant plus que les organisations internationales, régionales ou nationales recherchent désormais des consultants locaux dans l’optique d’apporter, aux Africains eux-mêmes, des solutions adéquates et adaptées à leurs situations respectives car, connaissant mieux leur continent.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire