TATIE

La prolongation de la fermeture des lieux des culte décidée par le gouvernement en raison du Covid-19 est résolument une violation des libertés, selon Estelle Ondo. Dans un message posté sur Facebook le 2 juin, l’ancien ministre soutient que la mesure est illogique, disproportionnée et anticonstitutionnelle. La pratique des cultes est garantie par la constitution, rappelle-t-elle.

Estelle Ondo, députée du 2ème arrondissement d’Oyem. © Facebook

 

Deux semaines après avoir appelé à la réouverture des lieux des culte, fermés en raison de la pandémie du Covid-19, Estelle Ondo revient à la charge pour relever et fustiger les violations flagrantes des libertés par le gouvernement. Le 2 juin sur Facebook, l’ancienne ministre a été formelle : «la décision est illogique et disproportionnée».

Si pour ordonner la fermeture générale des lieux des culte le gouvernement a soutenu que ceux-ci constituent des niches de contamination à grande échelle, pour la députée du 2ème arrondissement d’Oyem, «cet argument est léger et peu acceptable». Ce d’autant plus que les «mécanismes et mesures barrières du lutte contre la propagation du Covid19 sont déjà connus».

Soutenant son point de vue, Estelle Ondo relève le caractère «anticonstitutionnel» du maintien de l’interdiction après la fin de l’Etat d’urgence, étant donné que «la pratique de la religion est garantie à tous dans les principes fondamentaux dans la Constitution». Cette liberté, insiste-t-elle, «ne peut-être restreindre que dans les rares cas expressément définis par la même Constitution, notamment dans le cadre des régimes d’exception comme l’état d’urgence et l’état de siège prévu par l’article 25 de notre Constitution».

«En dehors de ces deux régimes d’exception et du trouble à l’ordre public avéré, toute restriction à la liberté de culte est de nature à porter atteinte à une liberté fondamentale garantie par notre Constitution. Depuis la levée de l’état d’urgence ou simplement depuis le processus de déconfinement certaines libertés auraient dues être retrouvées», poursuit l’élue du chef-lieu du Woleu-Ntem.

À la suite de quoi, elle invite le gouvernement à revoir sa copie. Car, soutient-elle, «les lieux de culte peuvent respecter toutes les mesures barrières visant à lutter contre la propagation de ce virus. Les églises peuvent organiser plusieurs services afin de respecter la distanciation, l’obligation du port de masque, organiser le lavage des mains, avoir le gel hydro alcoolique, interdire pour la circonstance de se saluer et les accolades entre fidèles».

 
GR
 

10 Commentaires

  1. Jean MBONGBERE dit :

    On ne voit pas pourquoi on ouvrirait les marchés où les gens entremêlent dans tous les sens et garder les lieux de cultes fermés. ça ne s’explique pas. Et puis malgré les mesures de lutte (port de bavette,distanciation physique, lavage des mains…)contre cette pandémie les cas de contamination ne font que monter crescendo dans le pays comme si de rien n’était.C’est à croire que c’est dans ces lieux de culte qu’on plus indiscipliné que dans un marché comme Mont-bouet ou la Pairie.

  2. diogene dit :

    Heureusement, je ne suis pas croyant, sinon je serais choqué du peu de respect dont fait preuve l’indélicate ex ministre.
    Il semblerait que l’omnipotence et l’omniprésence soit des mythes puisque des soi-disant croyantes les remettent allègrement en cause.
    Faut il s’agglutiner dans une assemblée pour honorer son dieu au risque de transmettre la mort à ses coreligionnaires ?

    Les croyants mono théistes sont confus, déréglés puisque leur référence principale est obscure,contradictoire, inintelligible, voire absurde.
    Leur activité majeure est blasphématoire : la prière.
    Imaginons une créature capable d’influencer son créateur omniscient par la répétition compulsive de phrases pleines de commandement déguisé;
    Pire encore le créateur distribuant ses faveurs à certaines de ses créatures et pas à d’autres ? Ce serait injuste et indigne d’un dieu.

    Si vous croyez restez chez vous, si vous ne croyez pas restez chez vous, seuls les vaniteux , les orgueilleux et les hypocrites éprouvent le besoin de se montrer en publique…

    • Bien parlé et j’ajoute que ces lieux de culte sont des lieux de débauche,de racket avec les dîmes,les offrandes surtout dans les temples avec ces faux pasteurs sataniques,pédophiles,violeurs.Tenez…l’autre jour j’ai visionné par hasard une vidéo où on voit un pasteur gabonais entrain de danser sur la musique de Michael Jackson sans oublier ses nombreux fidèles.Il ne manquait que l’alcool à ces satans pour s’enivrer sinon c’était la totale,on se croirait dans une boite de nuit

    • Fille dit :

      @diogene, votre réflexion est de haut vol, merci. Combien en saisiront le sens au Gabon où la population est totalement désorientée et aliénée pour être abandonnée à un obscurantisme sans nom au 21 ème siècle ? Les écoles sont absentes, mais les lieux de cultes ont pignon à chaque coin de rue où ça braille des incantations de toute sorte au nom d’un mythe qui n’est même plus d’actualité chez ceux-là mêmes qui sont venus l’imposer. Cette population là, dans cet état là est bien évidement préparée à être conduite comme un troupeau de moutons et à l’abattoir si besoin.

  3. JAMES DE MAKOKOU dit :

    Elle preche a quelle eglise cette dame?!!! C’est pour aller demander pardon pour y avoir VOLE LE PEUPLE GABONAIS? mais elle le faire seule dans sa chambre, il n’est pas necessaire d’aller se faire voir dans une eglise, en plus c’est une affaire privée.. La croyance..
    Alors, qu’elle aille se faire voir ailleurs.

  4. Barbe dit :

    Je comprends le problème d’Estelle ONDO, la même manière que les Eglises se moquent des gens en volant sur les Gabonais économiquement faibles, c’est la même manière qu’Estelle ONDO se moque des Oyémois (es) en leur donnant 1 poisson (carpe) plus 1 demi sachet de riz poule et 1 bouteille d’huile par ménage et faire un communiqué qu’il a soutenu les familles économiquement faibles vraiment ridicule.

    Comment concevez-vous que ya a confinement total, d’où de nombreuses familles souffrent énormément, de nombreuses PME sont fermées, le commerce en grande partie etc… et elle vient plaider pour les églises, elle qui a tant péché contre les Gabonais, elle n’a qu’aller donner elle-même la dîme à l’Eglise pour purifier ses péchés.

  5. Parfait dit :

    Article 12 de la constitution gabonaise: <> l’état d’urgence sanitaire justifie les mises en garde et les restrictions de la part du gouvernement

  6. Parfait dit :

    Article 12 de la constitution gabonaise: « Les mesures portant atteinte à l’individualité du domicile ou la restreignant ne peuvent être prises que pour parer aux dangers collectifs ou protéger l’ordre public de menaces imminentes, notamment pour lutter contre les risques d’épidémies ou pour protéger les personnes en dangers ». l’état d’urgence sanitaire justifie les mises en garde et les restrictions de la part du gouvernement

  7. bill ngana dit :

    Je suis surpris par ce déchaînement de commentaires désobligeants après le souhait d’une compatriote de voir se rouvrir les lieux de culte à travers le territoire national. A sa suite, je crois fortement que tout citoyen court le risque d’être contaminé dans n’importe quel lieu public de la même manière que dans n’importe quel lieu de culte, dès lors que les uns et les autres respectent ou non les mesures de protection. Par ailleurs, il faut noter que le premier et plus grand démocrate de tous les temps, c’est Dieu : qu’on croit en Lui ou non, Il n’oblige personne à le suivre. Mais ce n’est pas pour autant qu’Il n’existe pas.

    • Fille dit :

      Si nous parlons de Dieu, je veux parler ici du Dieu Universel et non celui imposé pour aliéner, il est en chacun de nous et pas besoin d’aller le chercher à rome ou je ne sais où, ni dans les églises. Pourquoi les cultes importés sont plus importants que l’éducation et la santé au Gabon ? Ne voyez-vous pas là une forme d’incohérence ? Dieu EST en chacun de nous et nulle part ailleurs. Sortir de l’aliénation est aussi une priorité pour le rencontrer REELLEMENT. Prenez soin de vous.

Poster un commentaire