mdas

 

Le Centre multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel de Mvengué, dans le Haut-Ogooué, vient de se séparer d’une vingtaine de ses apprenants. Vandalisme, consommation de boissons alcoolisées dans le campus sont quelques motifs ayant milité pour l’exclusion de ces étudiants.

Les étudiants exclus mis hors de l’enceinte de l’établissement après le Conseil de discipline. © Gabonreview/Capture d’écran

 

Établissement public répondant à la politique du chef de l’État en termes de lutte contre le chômage des jeunes, le Centre multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel de Mvengué a mal à ses étudiants. Le 23 septembre, à l’issue des travaux de la Commission de discipline, 20 étudiants ont été exclus. Le vandalisme, la consommation de boissons alcoolisées dans le campus, la non-participation aux examens partiels, la falsification et la vente de tickets de restaurant ont été évoqués par les responsables de l’école pour se défaire de la mauvaise graine.

Accueillant les apprenants de niveau CAP, secondaire professionnel et de niveau supérieur professionnel, le Centre multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel de Mvengué se veut une référence en matière de réponse concrète au problème de chômage affectant particulièrement les jeunes. D’où la nécessité pour les responsables de ne tolérer aucune dérive et aucun acte incivique.

Ainsi, 20 étudiants indélicats, issus de plusieurs filières sont-ils tombés sous le coup des sanctions. Ils ont été invités à regagner leurs domiciles familiaux à cause de leurs actes et comportements répréhensibles. Ces actes contraires au règlement du Centre de formation de Mvengué reposent également sur l’état d’ébriété de certains, l’incitation à la contestation de l’ordre et du règlement intérieur, la non-participation aux examens et aux partiels en cours, l’incitation au trouble à l’ordre public, la marche dans la rue, l’escalade de mur d’enceinte, les vols dans les chambres, les bagarres avec des camarades et autres violences.

Selon l’Agence gabonaise de presse (AGP) relayant ces informations, la Commission de discipline organisée en présence du directeur général adjoint de l’Agence nationale de l’enseignement professionnel (ANFEP) et du directeur de la formation, des examens et concours, n’a fait qu’appliquer les sanctions prévues par le règlement intérieur de l’établissement. À noter que trois étudiants ont bénéficié d’un sursis. Pendant ce temps, les enquêtes se poursuivent afin de débarrasser le Centre d’autres éléments perturbateurs.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire