mdas

 

Le bureau central des Douanes de Bitam a mis la main, le 23 décembre dernier, sur une importante cargaison de produits pharmaceutiques prohibés. En provenance du Cameroun et à destination de Libreville, la cargaison comprenait 50 000 plaquettes de Diazépam, les fameux ‘’Cobolos’’.

Une importante cargaison de produits pharmaceutiques prohibés, dont les fameux ‘’Cobolos’’, a été saisie a Bitam, le 23 décembre 2021 (illustration). © sudouest.fr

 

Gros coup de filet du bureau central des Douanes de Bitam. Celui-ci vient de mettre la main sur une importante cargaison de produits pharmaceutiques prohibés, en provenance du Cameroun et à destination de Libreville, a rapporté L’Union du 27 décembre. «Le 23 décembre vers 18 heures, après avoir traversé la frontière sans problème, le véhicule de type FTR de couleur rouge, immatriculé AY-739-AA, est affrété pour le compte de la société ‘’Établissement Feukou’’, basé à Libreville, parvient dans le chef-lieu du département du Ntem et marque l’arrêt au check-point du bureau central des Douanes de Bitam pour un contrôle de routine», a raconté au quotidien national, une source proche du dossier.

La fouille du camion, avec à son bord le Gabonais Brice Obiang Obiang, le chauffeur, et le Camerounais Ernest Tamoudih, a permis aux douaniers de tomber sur le stock de produits pharmaceutiques illégalement importés. «C’est-à-dire, sans document relatif à leur mise sur le marché», a expliqué L’Union. La cargaison comprenait 50 000 plaquettes de Diazépam (Cobolos), 100 boîtes d’aphrodisiaques estampillés ‘’Super appétit’’, 60 boîtes de Loveferm, 100 boîtes de Doxicilines Tablet, quatre boîtes de Calcid-denk (excitants prisés par les jeunes). Auditionnés, Brice Obiang Obiang et son complice ont affirmé qu’ils ignoraient tout du contenu de la cargaison, et que leur rôle était uniquement d’acheminer celle-ci sur Libreville. Ils ont été présentés devant le procureur d’Oyem.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Balthazar dit :

    De tous ça il n’y a même une seule plaquette de cobolo même juste un cobolo vous aussi arrêtez de condamner les jeunes y’a ibex, fokoro et plusieurs autres comprimés consommés par l’ensemble de la population gabonaise mais vous dites seulement kobolo ah ça.

Poster un commentaire