HABANA

 

L’école DigieWomen vient de lancer une campagne de levée de fonds dénommée «Yamana Nde», pour la formation en trois mois de 100 jeunes filles démunies au Gabon, dans les métiers du numérique. La formation va notamment toucher la maitrise du Community management et Digital Marketing, en passant par l’infographie.

L’école DigieWomen a lancé une campagne de levée de fonds pour former en trois mois 100 jeunes filles démunies au Gabon dans les métiers du numérique. © D.R.

 

Devenue une référence dans son domaine, l’école DigieWomen s’est lancée le défi de former en trois mois 100 jeunes filles démunies au Gabon dans les métiers du numérique. Pour y arriver, la structure dirigée par Christine Soro a lancé le programme «Yamana Nde» (aidons-les, en Ndoumou) une campagne de levée de fonds.

«Nous demandons des fonds, car le prix social que nous faisons malgré sa petitesse est inaccessible à des milliers de femmes qui se sont inscrites à notre base de données, désirant elles aussi profiter de nos formations. Nous avons alors pu sélectionner 100 parmi elles, auxquelles nous voulons offrir cette formation», a déclaré Christine Soro. Selon elle, le projet permettra aux bénéficiaires d’avoir accès à des formations allant de l’initiation à l’informatique à la réalisation de site Internet, la maitrise du Community management et Digital Marketing, en passant par l’infographie.

Au final, le projet va aider les 100 filles à «devenir autonome suite à la crise sanitaire de la Covid-19 qui a rendu plusieurs d’entre elles encore plus fragiles financièrement». Depuis plus de 2 ans, DigieWomen organise des sessions ponctuelles de formation en infographie et réalisation de sites Internet dédiées exclusivement aux femmes en général, à la jeune fille en particulier. Des sessions payantes à prix social qui ont suscitées l’intérêt de nombreuses femmes au Gabon. «Nous avons formé en 10 sessions environ 576 femmes à l’Infographie et à la réalisation de site Internet», a indiqué Christine Soro.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire