La Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 n’a pas encore connu son épilogue que les regards sont déjà tournés vers l’édition en 2023, en Côte d’ivoire. Pour le Gabon, il s’agira de surfer sur la Can 2021 pour bâtir une équipe solide à même de se qualifier haut la main pour la prochaine compétition phare du football africain, d’abord, et aller le plus loin possible, ensuite.

Le sélectionneur Patrice Neveu a du pain sur la planche pour monter une équipe solide dans la perspective de la Can 2023. © Facebook

 

Auteur d’un parcours encourageant à la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021, où il a été éliminé en 8e de finale, le Gabon peut logiquement nourrir de belles ambitions pour l’édition suivante en 2023, en Côte d’ivoire. Et cela passe par la construction d’une équipe solide, capable de se qualifier d’abord et ensuite, se hisser au moins en quarts de finale de la compétition phare du football africain.

La construction d’une équipe solide se fera sur l’existant. La sélection concoctée par Patrice Neveu pour la Can au Cameroun n’a pas été ridicule, loin de là : elle a montré du caractère, une belle cohésion et de l’envie. Elle a cependant été plombée par le manque d’expérience, dans une certaine mesure, une relative profondeur de banc, des cadres sur le déclin dans certains compartiments du jeu et, l’absence de certains tauliers. Sur ce dernier point, le staff des Panthères du Gabon doit s’activer pour le retour de Didier Ndong, peut-être le meilleur joueur en sélection et de loin, avec André Biyogo Poko, depuis des années.

Présent au Cameroun mais pas aligné en raison du Covid-19, Pierre-Emerick devra guider les Panthères vers la Can 2023. Après le parcours encourageant du Gabon à la Can 2021, beaucoup pensent que la sélection peut se passer du nouveau joueur du FC Barcelone (D1 espagnole). Nul n’est indispensable certes, mais le joueur ne serait pas de trop dans l’effectif. D’autant que son profil est rare au sein des Panthères du Gabon, et pourra beaucoup apporter aux ‘’jeunes’’ de la ligne d’attaque et du groupe, en général.

Établir un véritable code de conduite

En milieu de terrain, il faudra fluidifier l’animation offensive, trop souvent ralentie par Kanga Guelor, le dépositaire du jeu. Le sélectionneur doit emmener le milieu de terrain de l’Etoile rouge de Belgrade (D1 serbe) à jouer plus de l’avant lorsqu’il reçoit le ballon, à défaut de confier les clés du jeu à quelqu’un d’autre. En défense, Bruno Ecuele Manga commence à accuser le poids des années, mais demeure le taulier indiscutable de ce secteur de jeu. Il faudra juste lui trouver le complément parfait, à même de compenser sa relative lenteur. Et dans ce rôle, les candidats ne manquent pas.

Dans les buts, Jean-Noël Amonome a mis tout le monde d’accord. Avec l’accumulation des matchs, nul doute que le portier gagnera davantage en maitrise et en confiance. Au-delà de l’aspect sportif, le staff technique gagnerait aussi à assainir et bunkeriser la tanière des Panthères du Gabon, trop souvent perturbée par des affaires extra sportifs : renforcer la discipline et établir un véritable code de conduite. Autant de chantiers qui rendraient à coup sûr la sélection meilleure qu’elle ne l’est déjà, en vue de maximiser ses chances dans la course vers la Can 2023.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. « Établir un véritable code de conduite, il faut préciser a tout les niveaux. Je suis d’accord. Amen.

  2. SERGE MAKAYA dit :

    « …Bâtir une équipe solide pour la Can 2023 »? Commencez d’abord à ne plus jamais prendre d’entraîneur étranger. Contentons-nous de nos compatriotes. Les étrangers, c’est de l’argent jeté. A la limite, ça aurait pu servir à nos compatriotes. Que le Burkina Faso vous sert d’exemple : l’entraîneur de cette Can 2022 est bien Burkinabé.

Poster un commentaire