GR

 

Couplé à d’autres facteurs comme la baisse des cours des matières premières, le coronavirus aura un impact considérable sur l’économie nationale. Selon le gouvernement, l’activité économique nationale devrait baisser de 0,2% en 2020, après une hausse de 3,9% en 2019.

La pandémie du coronavirus et d’autres facteurs, comme la baisse des cours des matières premières, devraient plomber la croissance à 0,2% en 2020. © Gabonreview/Shutterstock

 

L’exercice 2020 s’annonce morose pour l’économie gabonaise, à en croire la note de conjoncture sur les «Impacts de la crise sanitaire du covid-19 sur le Gabon». Publié par le ministère de l’Économie, le 8 mai, le document renseigne sur les effets pervers de la terrible pandémie sur la croissance, les différents secteurs et les finances publiques.

© Ministère de l’Économie et des Finances

L’impact de la crise sanitaire du Covid-19 sur la croissance entrainera une baisse de 0,2% en 2020 de l’activité économique nationale, après une hausse de 3,9% en 2019. Un repli imputable à la fois à la baisse des cours des matières premières, à la contraction de l’activité économique mondiale et à l’application de mesures internes visant à lutter contre le covid-19.

«Cette baisse s’expliquerait par les contre-performances aussi bien du secteur pétrolier (-4,5% contre +13% en 2019) que du secteur hors pétrole (+0,3% contre +2,9% en 2019)», a souligné le ministère de l’Économie. Résultats des courses : 2020 sera marquée par un ralentissement de l’activité dans le secteur primaire (+0,4% contre +12,3% en 2019), ainsi qu’une baisse dans les secteurs secondaire (-1,9% contre +1,5% en 2019) et tertiaire (-0,2% contre +4,1% en 2019).

S’agissant de l’impact du covid-19 sur les finances publiques, la situation devrait se dégrader en 2020 après un retour à l’équilibre en 2019 (+1,1% du PIB). Le déficit public qui pourrait être supérieur à 5% du PIB, conséquence de la baisse des termes de l’échange et du repli de l’activité économique en 2020.

«Ce retour au déséquilibre des finances publiques en 2020 proviendrait de la chute de 33% des recettes totales par rapport aux objectifs initiaux de la loi de finances 2020. La chute des recettes serait de -45,8% dans le secteur pétrolier et de -26% dans le hors pétrole», a expliqué le ministère de l’Économie par souci de transparence. Ce déséquilibre devrait entrainer une chute des recettes du pays de l’ordre de 700 milliards de francs CFA en 2020, soit une baisse de 33% par rapport à 2019.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. diogene dit :

    Mince alors ! Nous dépendons encore du pétrole, nous sommes toujours une économie de rente, nous n’avons rien accompli pour qu’il en soit autrement.
    Pourtant la propagande officielle nous chante le contraire et même que nous avons une égalité de chance et 3000 logements sociaux par an et …

  2. neurthone oyono dit :

    le pays restera sous developpe tant que l on restera dans les theories et le nepotisme

Poster un commentaire