" " Gabon : La Cnamgs sommée de payer 100 millions de francs CFA au Pr Mboussou | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

 

L’ancien directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs), Michel Mboussou, débarqué à l’issue du Conseil des ministres du 27 octobre 2017, va percevoir 100 millions de francs CFA à titre d’indemnité de départ, selon nos confrères du journal « La Cigale Enchantée ».

La Cnamgs sommée de payer 100 millions de francs CFA au Pr Mboussou. © D.R.

 

C’est certainement la nouvelle la plus réjouissante de cette fin d’année pour le Pr Michel Mboussou. Selon le procès-verbal des travaux du conseil d’administration de la Cnamgs du 8 octobre dernier, consulté par nos confrères du journal «La Cigale Enchantée», l’ex-DG (2009-2017) percevra 100 millions de francs CFA à titre d’indemnité de départ.

Cette mesure d’accompagnement admise au terme d’une décision de justice émise par le Conseil d’État à l’encontre de la Direction générale de la Cnamgs, aurait été accordée par l’ancien Conseil d’administration que dirigeait Jacqueline Bignoumba. Une gratification qui mérite tout de même  que l’on sache, si elle relève d’une disposition contenue dans les textes constitutifs de la caisse ? Si oui, cette indemnité est-elle liée à la performance de l’ancien directeur général ?

Dans quel fonds sera puisée cette mirobolante indemnité ?

Une décision du Conseil d’État bien difficile à faire appliquer par l’actuel directeur général de la Cnamgs, Severin Anguilé, qui estime que ce montant est excessif pour cette entité confrontée aux tensions financières récurrentes. Toutefois, pour l’exécution de cette décision qui ne concerne pas seulement Michel Mboussou mais également certains anciens administrateurs et cadres, le Conseil d’Etat autorise la Cnamgs à mener les négociations avec les intéressés, en s’assurant de l’état des caisses auprès de l’agent comptable.

Le Pr Michel Mboussou est bien verni. Car, du haut de ses 77 ans, il a été confirmé au poste de PCA de la Société équatoriale des mines (Sem) à l’issue du Conseil des ministres du 18 décembre dernier.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Voilà où nous mènes l’amateurisme d’Ali Bongo et son pays sans loi. On se souviendra aussi que ce sont les ajeviens qui avait juré de ne rien de ne pas payer les pseudo-droits des dg qu’ils avaient viré. Le defunt Maviogha fait partie des victimes. Mboussou devrait avoir honte lui qui a fait couler cette boite et qui fait partie depuis des decennies de ce pays aux inégalités criardes et ou certains cadres de l’états touchent des rémunérations qui n’ont pas lieu d’êtres. Le salaire de mboussou en tant que DG de la CNAMGS ne se justifiait pas. On a besoin de tout remettre à plat dans ce pays. Ça passe par la révolution.

  2. Sacko dit :

    Je vous souhaite excellente année

  3. perroquet dit :

    100 millions rien que les indemnités de departs ah mon dieu ce pays est bien riche, mais cette richesse est confisquée par 2% de la population tant que la revolte de 1990 ne reviendra plus dans ce beau pays manipulé de l’exterieur.
    que fait-t-on de largent du bois ?
    que fait-t-on de l’argent du manganese ?
    que fait t-on de l’argent du pétrole
    que fait t-on de l’or
    que fait t-on des 500 milliards encaissés au titre de la covid19 ?
    qu’a t-on fait des 8000 milliards de dette de la mal gouvernance d’Ali Bongo sur le gabon?
    où sont passés les 52 comptes bancaires laissés par Omar Bongo ?

    pour quoi les gabonais sont surveillés chez eux et à l’étranger ?

    Il se cache quelque chose sur ce pays aux mains de satans.

    Reveillez-vous 1889 c’est maintenant!

Poster un commentaire