HABANA

 

Prévu et ayant amorcé sa tenue le 17 mai à Libreville, un rassemblement de fonctionnaires retraités a été empêché par les gendarmes, à leurs dires sur ordre direct de la Première ministre. Les manifestants réclament le paiement de leur pension, qu’ils n’ont plus perçu depuis 2015 pour certains.

Un rassemblement des retraités de la Fonction publique réclamant le paiement de leur pension a été empêché, les grévistes renvoyés dans la rue du Lycée Sainte-Marie, ici bloquée par la Police (à droite). © Gabonreview

 

Deux semaines après leur dernier rassemblement, les retraités du Gabon avaient rendez-vous le 17 mai à la Primature pour réclamer leurs droits. Le regroupement a été interdit par les forces de l’ordre, sur ordre direct de la Première ministre, aux dires des manifestants relayant des échanges entre eux et quelques gendarmes. «Ce matin, il était prévu que les retraités présents à Libreville se retrouvent ici à la Primature pour engager un rapport de force avec le gouvernement, vu que c’est le seul langage que ce dernier comprend», a confié un membre de l’Association nationale des retraités du Gabon (Anarec) ayant requis l’anonymat.

«Mais nous avons eu l’agréable surprise de constater, même si nous le pressentions, que les forces de l’ordre de l’ordre ont été réquisitionnées pour empêcher notre assemblée générale», a ajouté le membre de l’association. Certes bruyant, le mouvement devait être entièrement pacifique, assurent les retraités. «C’était un rassemblement pour rappeler au gouvernement ses engagements parce que certains d’entre nous sont entente de leur pension définitive depuis 2015», disent-ils, regrettant au passage l’absence d’arrimage des pensions nouveau système rémunération, l’inexistence du rappel de solde, etc.

Pourtant, les manifestants avaient rencontré le ministre du Budget et celui de la Fonction publique, le 30 avril à Libreville, aux fins de trouver une issue à cette situation. Les retraités avaient alors été informés que leur dossier était dans le circuit, que leur situation connaitrait des avancées significatives dans deux semaines. Mais rien de concret n’a été constaté au bout de cette échéance, d’où ce rassemblement des retraités ayant été étouffé dans l’œuf par la cheffe du gouvernement.

Ces derniers, qui étaient accompagnés par ceux d’entre sortis des grandes écoles, n’entendent cependant pas baisser les bras malgré l’attitude de la Primature. «Nous n’allons pas en rester là. Première ministre a gagné une bataille ce jour, mais la guerre continue», ont déclaré les retraités. Rose Christiane Ossouka Raponda et son gouvernement sont prévenus.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Jean .jacques dit :

    Voila PM myene,cette ethnie la avec leur orgeuil ils pensent que les autres sont les animaux.

  2. Giap EFFAYONG dit :

    Selon certaines indiscrétions,il semblerait que la première ministre Rose Christiane Ossouka serait d’ascendance béninoise.En réalité il s’agit là d’une lapalissade car les gabonais savent bien que dans la communauté myéné les »100% gabonais sont plutôt une denrée rare.

  3. Assale dit :

    Ah pauvre dame ossouka depuis toujours t as servie ce pays dans l ombré et te voilà promue grâce à tes compétences que tous te jettent les pierres

  4. Tant que nos syndicats moutouki, ne comprendrons pas que ce n’est pas en allant chacun son tour,poser son probleme au gouvernement qu’ils y arriveront.Alors que c’est en mutualisant leurs problèmes et en les mettant ensemble, ils créeront un rapport de forces devant lequel aucune force de sécurité, ne peut résister.

Poster un commentaire