TATIE

 

Les membres du Comité d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle ont échangé avec le ministre de l’Éducation nationale, le 16 septembre à Libreville, au sujet de l’adéquation formation-emploi. Des discussions au cours desquelles Patrick Mouguiama-Daouda a décidé de confier l’orientation des élèves au secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle, pour ne plus former des futurs chômeurs.

Patrick Mouguiama-Daouda a décidé de confier l’orientation des apprenants au secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle. © D.R.

 

Le ministère de l’Éducation nationale semble avoir dénoué le nœud de l’inadéquation formation-emploi. En vue de former par rapport aux besoins du marché de l’emploi, le département de Patrick Mouguiama-Daouda va désormais s’en remettre au secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle, qui aura désormais la mission de bien orienter élèves et étudiants.

«Le gouvernement est fortement préoccupé par le nombre d’apprenants sans emplois», a affirmé le ministre délégué de l’Éducation nationale à l’issue de la séance de travail avec le Comité d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle, le 16 septembre à Libreville. «Dès la classe de 5e déjà, un enfant doit connaitre ses aptitudes. C’est pour cette raison que les conseillers d’orientation doivent jouer pleinement leur rôle», a ajouté Camélia Ntoutoume- Leclercq.

Selon le gouvernement, le nombre de jeunes sortant des écoles et sans emploi est en augmentation ces dernières années. Le département de Patrick Mouguiama-Daouda souhaite ainsi rectifier le tir. «Il faudrait qu’on tienne compte des besoins réels du marché de l’emploi. Nous ne pouvons plus former pour former, former des chômeurs ce n’est plus possible. Nous allons donc orienter les apprenants dès la classe de 5e, 3e ou après. L’orientation du baccalauréat est désormais impérative», a insisté Camélia Ntoutoume- Leclercq. Un réajustement qui devrait à terme, permettre de réduire le taux de chômage qui frôle les 20% au Gabon. Du moins, on l’espère.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Expeduf dit :

    Ce sont les objectifs, les programmes et les approches qu’il faut mettre à jour dès le primaire avec termes d’évaluation progressifs. Une solution exclusive au  » secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle  » est tout simplement péjorative.

  2. Abdallah dit :

    Il faudrait d’abord créer des emplois pour parler d’adéquation formation emploi. Monsieur le ministre donner seulement le nom d’une entreprise au Gabon qui recrute et qui ne trouve pas de bons profils ?

  3. Expeduf dit :

    En effet c’est le marché du travail qui oriente les formations.

Poster un commentaire