HABANA

Après les morts et les blessés enregistrés lors des manifestations relatives à la «révolution des casseroles», l’abbé Séraphin Obame-Ndong, prêtre de l’Eglise catholique de l’archidiocèse de Libreville, a interpelé le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong en des termes sans équivoque. «Si tu ne peux pas être Moïse pour ton peuple, n’en sois pas non plus un pharaon», lui a-t-il conseillé, ce 22 février.

L’abbé Obame-Ndong a adressé une lettre ouverte, le 22 février 2021, au ministre de la Santé, Guy Patrick Obiand Ndong, à qui il demande un acte héroïque. © D.R.

 

Depuis l’entrée en vigueur du nouvel dispositif contre le Covid-19, des abus sont de plus en plus enregistrés, notamment lors des interventions des forces de l’ordre. Mais c’est à Guy Patrick Obiang Ndong, ministre de la Santé, personnalité aux avant-postes de la campagne gouvernementale pour le respect des mesures barrières, que l’abbé Séraphin Obame-Ndong a choisi de s’adresser, ce 22 février 2021. Sur sa page Facebook, il l’a interpelé en des termes sans équivoque : « si tu ne peut pas résoudre les problèmes des Gabonaises et des Gabonais il serait mieux que «tu démissionnes de ta charge, au lieu d’en créer».

Dans cette lettre ouverte qu’il explique avoir publié sur un média social non pas pour le buzz, mais à cause de l’écart qui ne cesse de se créer entre les riches, d’une part, et les pauvres, d’autre part, l’abbé Obame-Ndong se veut «sincère», insistant sur le fait que son «cœur est plein de tristesse» et «la colère, en lui, débordante». D’où ces vérités qu’il tient à dire au membre du gouvernement «pour la gloire de Dieu et pour le salut de monde».

«La Covid 19 est apparue. Le peuple Gabonais a crié, hurlé sa misère et son désespoir, mais tu es resté sourd et impassible. Et pour exprimer son ras-le-bol, il a adjoint à ses cris le son des casseroles. Malgré cela, tu t’es radicalisé, et aujourd’hui on compte déjà des morts du côté du peuple. Notre sol a encore bu le sang de ses enfants, avalé le sang des innocents. Les familles ont encore crié leur révolte et les géniteurs vont une fois de plus renverser les rôles en enterrant ceux qui devaient les accompagner à leurs dernières demeures», a-t-il affirmé.

«En m’adressant à toi, je m’adresse à mon propre frère, et c’est pourquoi je te tutoie. En effet cher frère, le conseil que j’ai à te donner le voici: «Si tu ne peux pas être Moïse pour ton peuple, n’en sois pas non plus un pharaon». En clair, si tu ne peux pas résoudre les problèmes des Gabonaises et des Gabonais, il serait mieux que tu démissionnes de ta charge, au lieu d’en créer», a-t-il déclaré, expliquant également au chef du département de la Santé que depuis un moment, «son image est noircie» par la manière dont il gère cette crise sanitaire.

L’abbé Séraphin Obame-Ndong laisse entendre qu’il est possible que Guy Patrick Obiang Ndong ne soit pas responsable des décisions qu’il édicte, «mais plutôt un exécutant». «Et si tel est le cas, sache que ces décisions sont impopulaires». Il lui propose «un acte héroïque» lui permettant de «rentrer dans l’histoire du Gabon de manière honorable». «Tu seras admiré par tes compatriotes, accueilli par ta communauté, valorisé par ta tribu et reconnu comme un digne descendant de Ngui Missô, Ancêtre et fondateur de la tribu Essangui».

Ce dernier lui a rappelé que «depuis 2009, la misère du peuple gabonais a connu une ascension vertigineuse : paupérisation de la population, gel des recrutements dans la Fonction publique, crimes rituels, dépravation des mœurs, recrudescence de la loge et autres associations maçonniques, etc.».

Prenant appui sur plusieurs références bibliques pour soutenir son propos, l’abbé note que «la voix du peuple est la voix de Dieu». «Si tu ne fais rien pour améliorer la situation actuelle en posant des actes héroïques, l’histoire risque de se répéter. C’est pour t’éviter cette foudre de la part du Seigneur que je t’écris pour te dire que si tu ne peux pas être Moïse pour ton peuple, n’en sois pas non plus un pharaon».

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Lavue dit :

    Merci L’abbé OMBAM-NDONG pour cette intervention courageuse, quand on sait qu’avant vous il y avait un très haut représentant de l’église catholique du Gabon qui n’osait jamais interpeller la conscience des gouvernants-PDG, mais flirtait fréquemment et parfois de manière scandaleuse avec ces derniers. Vous voyez tous de qui je parle.
    Le pauvre OBIANG-NDONG n’ y peut rien, il est téléguidé. C’est comme ça la loge maçonnique; Ca dénature, ça transforme ceux qui y adhère. Ces modes de fonctionnment importés créent de grand torts en Afrique. Comment le comprendre quand on sait que nous avons en Afrique vivier de rites et traditions extrêmement riches et propice à l’élévation et à l’épanouissement de l’être humain. On va s’enfermer dans les bizarreries importées comme la franc-maçonnerie. Et regardez d’où elle nous mène depuis que les colons ont instauré cela pour contrôler les élites et continuer à les aliéner.
    Le pauvre OBIANG-NDONG, il est condamné à dire ce que lui disent les tenants réels du pouvoir, car ALI BONGO est longtemps, kaputt, hors jeu. Tout le monde le sait. C’est plus un secret.

  2. MONSIEUR A dit :

    L’Histoire semble se répéter pour notre frère FANG. C’est trop tard pour lui, il sera emporter par la COVID-19 car ce régime tue ses enfants.

Poster un commentaire