mdas

L’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) s’attaque à la normalisation de la filière manioc roui, en aidant les opérateurs économiques à se mettre aux normes.

Les agents de l’Agasa sur le terrain pour inspecter et apprécier les efforts faits par les opérateurs économiques de la filière manioc roui pour se mettre aux normes. © Gabonreview/Capture d’écran

 

Le manioc reste inéluctablement l’un des aliments le plus prisé des Gabonais. Toutefois, son transport, sa transformation, sa conservation et sa mise sur le marché ne respectent pas toujours les normes requises. D’où l’initiative de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) qui, depuis quelque temps, a mis sur pied un projet de mise aux normes de la filière du manioc roui et dont les résultats portent déjà des fruits.

Avant ce projet de l’Agasa, de passage dans les entrepôts de stockage de manioc roui d’Akébé ou du Marché banane du PK8, à Libreville, le consommateur se surprenait de la négligence notoire des agents de ces structures. Les sacs de manioc étaient disposés à même le sol dans ces salles de stockages insalubres. Il n’était pas rare de tomber sur des sacs de manioc en état de putréfaction.

L’opération de l’Agasa a donc permis, ces dernières semaines, d’améliorer les conditions sanitaires et d’hygiène en matière de transport, de manipulation, de conditionnement, de stockage et de transformation du manioc roui, en vue de garantir son innocuité et sa fiabilité.

L’Agence a aidé les opérateurs économiques de la filière, en leur apportant du soutien pour leur permettre de mieux structurer leur activité et de la rendre plus salubre et attractive. Dans les magasins du manioc roui du PK8 par exemple, on a désormais droit à une propreté accrue, à une orientation quant au stockage, à une zone de manipulation, de stockage, de transformation et un espace dédié aux clients.

«C’est pénible, mais il faut faire des efforts, vous ne pouvez pas vendre quelque chose que les Gabonais consomment tous les jours dans ce genre d’état. Ce n’est pas possible ! Tant que vous exercerez dans cette activité, il faut se mettre aux normes. On voudrait que vous soyez comme les autres», a conseillé à un opérateur réfractaire au changement, le chef de service Etude, Recherche, Norme et Veille sanitaire de l’Agasa, Vanessa Okome.

Ce projet porté par l’Agasa a pour objectif spécifique l’identification, la géolocalisation, l’inspection des entrepôts de manioc dans le Grand-Libreville, la mise aux normes sanitaires des entrepôts et véhicules de transport, l’agréation des entrepôts et des véhicules de transport, la promotion des bonnes pratiques auprès des gérants d’entrepôts, l’amélioration et le conditionnement du manioc roui. L’objectif de cette démarche est de sécuriser les consommateurs.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. FILS DU SOLEIL dit :

    Concevez un modèle d’emballage, et vendez-le à ces commerçants : la sécurité alimentaire dont que vous vantez passe par là aussi; car si rien ne bouge du côté des commerçants, alors c’est à vous de secouer le manguier.

Poster un commentaire