mdas

 

Patrice Neveu et Fabrice Do Marcolino, respectivement sélectionneur national et le référent de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) dans la zone Europe abattent un travail formidable, ravitaillant les Panthères du Gabon en joueurs de qualité. Une mission en partie confié au championnat national suspendu depuis plus d’un an, en raison du Covid-19, alors qu’il a repris sous d’autres cieux en dépit de la pandémie.

Patrice Neveu et Fabrice Do Marcolino peuvent-ils se substituer au championnat national ? © D.R.

 

En l’absence de championnat, suspendu depuis mars 2020 en raison du Covid-19, le Gabon n’offre plus de visibilité. Visibilité dont ont besoin certains footballeurs locaux, pour espérer taper dans l’œil de clubs étrangers. Ce dont profite la sélection nationale, composée à 100% de joueurs expatriés dans le cas du Gabon. Or, ce cercle vertueux est mis à mal par la situation du championnat national, qui a pourtant repris sous d’autres cieux.

Heureusement que Patrice Neveu et Fabrice Do Marcolino veillent au grain. En effet, le sélectionneur national et le référent de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) dans la zone Europe, sont passés maitres dans l’art de naturaliser des binationaux évoluant dans des championnats étrangers. C’est le cas de Yannis N’Gakoutou, Ulrick Eneme Ella ou encore David Sambissa qui ont récemment accepté, comme beaucoup avant eux, de jouer pour le Gabon plutôt que pour leur seconde patrie.

La paire Neveu-Do Marcolino excelle également dans le rôle d’entremetteur, en trouvant de l’emploi à l’étranger aux footballeurs gabonais au ‘’chômage’’.  Le dernier exemple en date est celui d’Alain-Rodrick Miyogho, ancien milieu de terrain de Mangasport (D1 gabonaise), actuellement à l’essai au Football Club 93 Bobigny-Bagnolet-Gagny (D4 française). «Le club pourrait lui proposer un contrat semi-pro. Et nous pensons qu’il a le talent pour s’imposer ici. Et comme vous le savez, c’est en National 2 (championnat français de D4, ndlr) que les clubs de Ligue 2 (championnat français de D2, ndlr) viennent chercher leurs joueurs», a confié une source proche du dossier dans L’Union du 25 novembre.

On l’a bien compris, même en l’absence de championnat national, la tanière des Panthères du Gabon sera toujours bien pourvue, grâce au travail de Patrice Neveu et Fabrice Do Marcolino. Plus sérieusement, il serait temps que les autorités tracent la voie qui mènera le football national vers les standards internationaux. Un exercice auquel se sont essayés les assises du championnat national de football, organisées en mai dernier, mais dont les recommandations peinent à être appliquées sur le terrain… faute de championnat.

Il serait donc temps que le championnat reprenne, pour donner encore plus d’éclat à l’action du paire Neveu-Do Marcolino. Car c’est bien connu,  aucune grande Nation de football ne s’est construite sans un championnat de qualité. A moins que le ministère des Sports et la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) aient une recette particulière pour atteindre cet horizon.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Désiré dit :

    Bonjour Gabon Review. Le titre de cotre article est ambigüe. Voulez vous dire que la paire Neveu-Do Marcolino s’occupe de faire mourir le foot gabonais? ( ce que l’article n’exprime pas ou alors avec beaucoup d’ironie)

Poster un commentaire