mdas

 

En visite de travail le lundi 21 novembre à Libreville, le Dr Akinwumi Adesina a visité la Zone économique spéciale de Nkok. À la tête d’une délégation, le président de la Banque africaine de développement (Bad) a dit tout son satisfecit sur la transformation structurelle de cette zone créée en 2012.

Hugues Mbadinga Madiya (gauche) entretenant le Dr Akinwumi Adesina lors de la visite de Nkok. ©  D.R.

 

Photo de famille avec le président de la BAD. ©  D.R.

«De bonnes choses se font ici. Je suis très heureux d’être au Gabon, surtout à Nkok. Il y a une vision pour la transformation d’un pays», a déclaré le 21 novembre, le président de la Banque africaine de développement (Bad). En visite de travail dans le pays, le Dr Akinwumi Adesina s’est rendu à Nkok où il a manifesté son satisfecit quant aux réalisations faites dans cette Zone économique spéciale (ZES). Accompagné du ministre des Affaires étrangères, Michael Moussa Adamo et du ministre du Budget et des comptes publics, Édith Ekiri Mounombi, épouse Oyouomi, le président de la Bad a eu une séance de travail à Nkok avant de visiter au pas de course quelques entreprises triées sur le volet.

Occasion pour le ministre de la Promotion des investissements, Hugues Mbadinga Madiya, de lui présenter les efforts du Gabon en matière de développement. «La ZES de Nkok est aujourd’hui un symbole et un moteur de la diversification de notre économie, une plateforme de compétitivité industrielle, nous permettant d’intégrer des chaines régionales et internationales», a-t-il dit précisant que la ZES de Nkok, compte déjà ans d’existence. «La zone multisectorielle de Nkok fait la fierté du Gabon. Avec ses 85 opérateurs en production, ses 19 nationalités d’investisseurs et plus de 2 milliards de dollars d’investissements directs étrangers cumulés depuis sa création», a fait savoir le membre du gouvernement. 

Considérée comme le premier parc industriel en Afrique centrale, et occupant le rang de premier producteur de feuilles de placage en Afrique et deuxième dans le monde, la ZES de Nkok compte tout aussi 6 500 emplois directs et 10 000 emplois indirects. Assez de performances qui ont séduit le président de la Bad. «Je salue l’initiative d’avoir fait des zones spéciales. Ce qui se fait ici va ouvrir un avenir plus prospère pour le Gabon», a déclaré le Dr Adesina. «Il faut avoir une approche ambitieuse et compétitive, les zones spéciales amènent l’industrialisation», a-t-il ajouté. 

Partenaire de développement du Gabon, la Bad se positionne comme un soutien de la transformation structurelle de l’économie pour une croissance inclusive et durable. Dans le cadre de l’environnement des affaires, le gouvernement a sollicité l’expertise de cet organisme financier africain à travers le Projet d’appui à la diversification de l’économie gabonaise (Padeg). Cet accompagnement devrait, selon Hugues Mbadinga Madiya, «contribuer à renforcer l’attractivité, la performance et la visibilité de la ZES de Nkok».

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire