mdas

La première session du Comité de pilotage du programme «Cap sur l’autonomisation des jeunes» s’est tenue le 11 décembre à Libreville. Elle vise à faire l’état des lieux des actions menées depuis la signature de la convention entre les parties en novembre 2019.

Les membres du gouvernement des départements concernés par le projet et les partenaires, le 11 décembre 2020. © Gabonreview

 

Les membres du gouvernement gabonais et les représentants de l’Union européenne se sont retrouvés le 11 décembre, à Libreville, dans le cadre de la première session du Comité de pilotage  du programme «Cap sur l’autonomisation des jeunes». Ce projet du gouvernement gabonais vise à lutter contre le chômage des jeunes est mis en œuvre avec l’appui financier de l’UE, dans le cadre du 11e Fonds européen de développement (FED). Au cours de cette réunion, les parties devront faire le bilan des activités déjà menées et proposer celles à venir.

Selon le ministre de l’Economie et de la Relance, Nicole Jeanine Lydie Roboty Mbou, ce programme «traduit en acte la vision du chef de l’Etat, son Excellence Ali Bongo Ondimba, pour une autonomisation de la jeunesse». «C’est donc le premier Comité de pilotage de ce programme qui va concerner 14 480 jeunes qui seront formés en vue de pouvoir améliorer leur insertion économique». «On va mettre à leur disposition des moyens qui vont leur permettre de démarrer pour pouvoir créer leurs propres entreprises».

Pour le ministre en charge du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya, «ce programme, c’est de la formation, mais aussi de l’autonomisation et donc de l’accompagnement. On les prend, dès qu’ils ont des notions entrepreneuriales, dès qu’ils ont travaillé de manière pratique sur un projet, on les emmène justement, avec le secteur privé, pour faire en sorte que leurs projets soient concrétisés. Sans l’accompagnement, la formation seule ne suffit pas. Ce projet répond à cela».

En tant que représentant du partenaire financier, l’ambassadeur Rosario Bento Pais a indiqué que «l’UE, depuis 2007, en tant que partenaire du Gabon, a toujours mis en priorité la création d’emplois pour les jeunes et l’autonomisation, en particulier, des jeunes et des femmes». «Ce projet est innovateur dans le sens qu’en plus de la formation, il y a le secteur privé qui va aider après à absorber ces gens», a-t-elle indiqué. Ce programme concerne, selon le ministre de l’Economie, 14 480 jeunes qui seront formés en vue de pouvoir améliorer leur insertion économique à travers tout le pays.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. azert dit :

    Que serions nous sans les européens ?
    Que dalle !!

Poster un commentaire