mdas

 

Au terme de leur convention nationale extraordinaire, organisée du 19 au 20 novembre à leur siège, les Sociaux-démocrates gabonais ont marqué leur totale détermination à rejoindre le Parti démocratique gabonais, suite à l’appel lancé par son président Ali Bongo.

Les Sociaux-démocrates gabonais acceptent de se fondre dans le PDG. © D.R.

 

A la suite des militants de Démocratie nouvelle (DN) et de ceux du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV), les Sociaux-démocrates gabonais(SDG) ont répondu favorablement le 20 novembre à l’appel du président du Parti démocratique gabonais(PDG). Ils ont décidé de se fondre  dans le parti d’Ali Bongo.

Cet engagement à militer au sein du PDG a été affirmé au terme du bilan des activités de cette formation politique portée sur les fonts baptismaux le 9 août 2018, et disposant actuellement de 7 élus nationaux, 49 élus locaux et départementaux dont 1 sénateur, 6 maires et 4 présidents de conseils départementaux. «Dans le souci de construire un édifice démocratique solidifié par la paix et l’unité nationale chères au chef de l’Etat, le président du SDG et l’ensemble des militants saluent l’appel du président de la République à le rejoindre au Parti démocratique Gabonais, et disent oui à cet appel».

Cette énième opération d’absorption des partis politiques de la majorité présidentielle et de l’opposition, renforce vraisemblement la position du PDG au sein des chambres du Parlement et des conseils municipaux et départementaux du pays, et offre par la même occasion une certaine suprématie au parti dans la sphère politique nationale.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Irène ONDO dit :

    Aucune dignité ces gens. Le ridicule devrait tuer.

  2. Lavue dit :

    Qui est fou? ça ne fait que commencer. Même ceux que vous croyez être de véritables opposants vont se rallier au fur et à mesure que 2023 va se rapprocher. La politique étant la seule voie de salut dans un pays où tout sur le plan économique est dans le mains des étrangers, que reste–il à faire pour les générations élevés dans la paresse de la rente et de l’assistanat nocif des roitelets politiques du PDG.

    Le jour que le Gabonais, transmettra à ses enfants les valeurs de travail, d’abnégation, éloignée des amusements politiques auxquels nous sommes habitués et qui ont bercé dans l’illusion plusieurs compatriotes, qui croupissent aujourd’hui dans la précarité, on commencera à former des hommes intègres dans ce pays. Actuellement le fond de la question c’est voir comment participer au partage de la rente, de la manne que nous procurent les matières premières dont les volumes baissent au fil des ans. De toute façon l’handicapé ALI peut dormir tranquillement, on a commencé à lui chanter qu’il est l’homme d’une situation qui pourtant s’empire année après année. au vu de tous.

    Pour moi quoi, comme dirait l’autre du grand quotidien.

  3. aze dit :

    le pdg n’a plus aucune ambition pour ce pays.

Poster un commentaire