TATIE

Le Centre international de recherche en économie et en gestion pour le développement (Cireged) de l’Université Omar Bongo propose de «Repenser l’économie gabonaise post Covid-19», titre d’un livre blanc nouvellement paru. Les auteurs identifient les reformes envisageables pour une économie gabonaise post Covid-19 performante et susceptible d’assurer la prospérité des citoyens.

Jean Jacques Ekomie (à gauche) et Hervé Ndoume Essingone, chercheurs du Cireged de l’UOB. © D.R.

 

Sous la direction des professeurs Jean Jacques Tony Ekomie et Hervé Ndoume Essingone, le Centre international de recherche en économie et en gestion pour le développement de l’Université Omar Bongo a publié aux Éditions Complicités,  un «livre Blanc», espace de débats et d’échanges, sur le thème «Repenser l’économie gabonaise post Covid-19».

En 228 pages, ce livre collectif analyse les conséquences actuelles et prévisibles de la crise sanitaire du Covid-19 et identifie les reformes ou mesures envisageables pour une économie gabonaise post covid-19 performante et susceptible d’assurer la prospérité des citoyens. Ses réflexions portent notamment sur la gestion des finances publiques et du rôle de l’Etat ; l’impact de la crise de la Covid-19 sur le système financier, la place du numérique dans l’économie contemporaine.

«La crise de la covid-19, qui est une catastrophe planétaire aux conséquences multiples, peut-elle, en même temps, constituer une opportunité pour le Gabon ? C’est la question pour le moins étrange et paradoxale qui sous-tend la réflexion menée par les enseignants chercheurs du Cireged», indique le Pr Fidèle Mengue Me Engouang, doyen honoraire de la faculté de Droit et des Sciences économiques de l’UOB. L’objectif de l’exercice était de rappeler aux gouvernants et autres entités de la société le rôle d’aiguillon des chercheurs et intellectuels dans les situations d’incertitude et de crise, à l’instar de celle qui sévit actuellement. La production ou la réflexion universitaire est donc une sorte d’éperon à double rôle : «aiguillon dans l’éveil des consciences individuelles et collectives, d’une part ; aiguillon dans la conception et la mise en œuvre par l’Etat et par les entreprises des politiques macroéconomiques et microéconomiques adaptées à la situation», soutient Mengue Me Engouang.

Disponible à l’Institut des Hautes études entrepreneuriales (IHEE), l’ouvrage se présente, en postface comme un vaste chantier en reconstruction, un espace de débats et d’échanges ouvert aux institutions sous régionales, compte tenu de l’appartenance du Gabon à la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), ainsi qu’aux partenaires techniques et financiers qui accompagnent le pays dans divers programmes.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire