TATIE

 

La Préfecture de police de Libreville a annoncé, le 29 juillet, avoir appréhendé des malfrats ayant opéré, le 12 juillet dernier, dans un domicile placé sous vidéosurveillance au quartier Plaine-Orety.

© Facebook/pplibreville

 

Deux semaines après la diffusion, sur les réseaux sociaux, des vidéos montrant de jeunes hommes pénétrant dans un domicile clôturé, au quartier Plaine-Orety, dans le 2e arrondissement de Libreville, et en ressortir avec des appareils ménagers, la Préfecture de police de Libreville a annoncé, le 29 juillet, sur sa page Facebook, avoir interpellé les indélicats. A la suite de l’exploitation de la vidéo et des recherches effectuées sur le terrain, ce sont quatre jeunes qui ont été arrêtés par les agents de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI).

Le 12 juillet, en effet, la toile gabonaise avait été inondée par des vidéos stupéfiantes issues de la vidéosurveillance d’un domicile privé. Sur ces films, on y voyait de jeunes enjamber le mur de la barrière, défoncer les portes avant d’entrer dans la maison et en ressortir avec les appareils ménagers. Plus de peur que de mal pour les occupants des lieux qui ne s’étaient pas retrouvés nez à nez avec les malfrats. Mais ces images ont eu le mérite de montrer l’ampleur de la délinquance croissante dans la capitale gabonaise.

La Préfecture de police de Libreville indique que trois jours après ce forfait, la victime s’est présentée à l’État – major des polices d’investigations judiciaires pour porter plainte contre X. «Les investigations minutieusement menées par les enquêteurs ont abouti ce jour, 29 Juillet 2020, à l’arrestation de ces malfaiteurs par les éléments de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI)», a assuré la Police. Elle indique par ailleurs que «la poursuite de l’enquête a permis de retrouver les effets volés».

Les Forces de police nationale précisent de même que «les malfaiteurs, actuellement en garde à vue, seront présentés devant le Procureur de la République pour répondre de leurs actes». De même, elles soulignent que dans la lutte contre l’insécurité, elles encouragent vivement la collaboration des populations, via les numéros de téléphone (Whatsapp : 065.81.81.81 Appel : 074.18.12.12 / 1720 et 1722) mis à leur disposition pour signaler tout fait d’insécurité constaté.

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Des jeunes sans repères. A qui la faute ? Aux parents seulement ? Moi je dis NON. L’état à une grande part de responsabilité dans la crise de nos jeunes, de nos enfants. On ne propose rien à ces enfants.

    Même quand ils vont s’inscrire pour le concours d’entrée à la Garde Républicaine, ils sont refusés pour EXCÈS de diplômes. Kié!! A Ntare Nzame!! Le pays est vraiment dans la MERDE. Vivement le départ de Sylvia et Nourredine Valentin. Pauvre Gabon !!

  2. Toto Ronii dit :

    Serge Makaya faut arrêter de dire des bêtises. Tout c’est l’Etat ? Des jeunes décident de devenir voleurs c’est l’Etat le responsable ? S’ils ont abandonné l’école en 5e c’est l’Etat ? Leur parents sont les premiers responsables. L’Etat n’est pas dans leur maison pour faire leur éducation. Les parents d’aujourd’hui sont démissionnaires et accusent l’Etat. Bande d’hypocrites.

    • Gayo dit :

      La destruction de notre pays par le sorcier d’Ali Bongo est la racine de la montée du chômage et de la délinquance. Vous pensez que des parents qui ont perdu leur emplois, voit un avenir sombre pour leur vie, ont désormais du mal a répondre aux besoins de leur familles ont encore quel autorité et quels moyens suffisant pour encadrer leurs enfants comme il se doit? Vous vivez des atalakous pour occuper des postes inutiles et vous vous croyez bien placés pour juger ces parents qui ne savent plus a quel saint se vouer.

  3. SERGE MAKAYA dit :

    La Police devrait aussi arrêter ces gens qui promettent de l’argent FACILE. Il faut arrêter ces escrocs au plus vite.

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=303096400928186&set=pcb.303097424261417&type=3&theater&ifg=1

Poster un commentaire