HABANA
Un mouvement d’humeur a été lancé le 24 novembre par les étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB) de la promotion 2019. Privés de leurs bourses depuis plus de 12 mois, contrairement à leurs camarades inscrits dans les grandes écoles, ils ont décidé de barricader la voie principale en vue d’interpeller les autorités.

Étudiants de l’Université Omar Bongo bloquant la circulation sur l’axe Derrière la prison – Ancienne Sobraga, le 24 novembre 2020. © Gabonreview

 

Les étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB) ont lancé un mouvement d’humeur,  le 24 novembre, en barricadant la voie principale. Cette sortie est consécutive au non paiement des bourses des étudiants de la promotion 2019.

Selon les informations glanées auprès des manifestants, depuis 12 mois, les étudiants n’ont pas perçu leurs bourses. Ayant constaté la longue attente, ils se sont rendus à la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) où ils sont bancarisés. Certains affirment malheureusement n’avoir trouvé que 67 mille dans leurs comptes et que certains comptes ne sont approvisionnés qu’à hauteur de 350 mille CFA. Or, relèvent les étudiants de l’UOB, leurs camarades inscrits dans les grandes écoles ont perçu la totalité de leurs bourses qui équivaut à 1,3 million de francs CFA.

Ne comprenant pas cette injustice, ils se sont rapprochés de l’Agence nationale de bourses du Gabon, le 23 novembre, pour avoir la bonne information. Contre toute attente, ils ont été gazés à la bombe lacrymogène par les forces de l’ordre déployées sur les lieux. Exacerbés, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure en bloquant la circulation routière sur l’axe qui relie le carrefour Derrière la prison à l’ancienne Sobraga.

Cette démarche, ont-ils expliqué, vise à interpeller les autorités afin d’apporter une solution à ce problème. Reste à savoir si la solution sera trouvée d’ici peu par le gouvernement de Rose Christiane Ossoucka Raponda, pour ramener la sérénité au sein de l’UOB et sortir de l’angoisse ces étudiants qui broient du noir, surtout en cette période de Covid-19.
 
GR
 

2 Commentaires

  1. Joseph dit :

    C’est pour cette petite bourse que vous faites souffrir les enfants?!!!

  2. EBAYA dit :

    Pendant ce temps Clotaire OLIGUI NGUEMA de la GR, Onaida BONGO, Sylvia BONGO et les autres membres du petit cercle autour du fantome de Riyad se goinfrent en achetant à coup de milions de dollars cache des villas aux USA et à Londre avec l’argent publique.
    Continuez, mais rappelez-vous que tout a une fin.
    Les pires des dictatures en savent quelque chose.

Poster un commentaire