TATIE

L’Ambassadeur du Liban au Gabon, Aline Younes, a été reçue en audience le 21 février par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, en présence du ministre de la promotion des investissements, Carmen Ndaot. La diplomate libanaise a annoncé au chef du gouvernement la venue prochaine des hommes d’affaires libanais à Libreville.

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale et l’ambassadeur du Liban, Aline Younes, le 21 février 2020. © Facebook / GabonPrimature

Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a échangé, le 21 février, avec l’Ambassadeur du Liban au Gabon, Aline Younes. S’il s’est agi de pousser au renforcement de la coopération bilatérale entre les deux pays, il a également été question pour la représentante de Beyrouth à Libreville d’annoncer l’arrivée, le 27 février, d’une délégation d’hommes d’affaires libanais dans la capitale gabonaise.

Aline Younes a indiqué que les relations entre les deux pays sont excellentes au regard de la présence d’une forte communauté libanaise au Gabon depuis près d’un siècle. L’objectif de la visite de ces investisseurs, selon elle, consistera à resserrer ces liens et à accompagner davantage le Gabon dans la diversification de son économie. Le séjour de cette forte délégation multisectorielle d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs libanais ira jusqu’au 5 Mars 2020.

Cette présence permettra aux deux parties d’examiner les accords de coopération dans les secteurs pertinents et identifiés dans le Plan de relance de l’économie (PRE), notamment l’agriculture, les infrastructures, l’installation de plusieurs usines pharmaceutiques, les BTP, ainsi que de nombreux autres secteurs.

Les investisseurs libanais comptent investir dans l’agro-industrie grâce à un transfert d’expertises et de compétences, dans l’import-export et la production de jus de fruits. Ils souhaitent également intervenir dans les secteurs routiers et de la canalisation d’usage multifonctionnel (eau, gaz, combustibles servant au chauffage et au refroidissement, égouts, systèmes d’irrigation etc.). Les hommes d’affaires libanais pourront aussi investir dans des usines de fabrication de cartons, de produits plastiques et pharmaceutiques, ainsi que dans le secteur du tourisme.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire