HABANA

 

Une dizaine de jours après son tête-à-tête avec Ali Bongo, le premier secrétaire de Démocratie nouvelle (DN), René Ndemezo’o Obiang, a annoncé ce samedi 3 avril la fusion-absorption entre le Parti démocratique gabonais (PDG) et son parti de l’opposition ayant soutenu Jean Ping lors de la présidentielle de 2016. L’idée de cette fusion-absorption lui a été soumise, le 23 mars dernier, par le chef de l’Etat lui-même.

René Ndemezo’o Obiang, le 3 avril 2021, à Libreville. © Gabonreview

 

 

C’est un revirement auquel peu s’attendaient, y compris au sein de la majorité dont il est un des soutiens depuis le dialogue d’Angondjé au sortir de l’élection présidentielle de 2021. René Ndemezo’o Obiang a annoncé ce samedi que son parti, Démocratie nouvelle, intégrerait officiellement dans quelques jours le Parti démocratique gabonais (PDG) qu’il avait lui-même quitté en 2015. L’annonce du premier secrétaire de DN intervient 11 jours après l’entretien qu’il a eu avec Ali Bongo au palais présidentiel.

Selon le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), c’est au cours de l’audience qu’il lui a accordée, le mardi 23 mars 2021, que le chef de l’État l’a interpelé sur la nécessité de fédérer les forces politiques du pays ayant pour idéal commun le renforcement de la démocratie au Gabon. Le président de la République lui a particulièrement demandé de réfléchir à la possibilité d’envisager une fusion de leurs deux partis.

Or, «Démocratie nouvelle est favorable au regroupement des partis politiques dans de grands ensembles selon les affinités et les points d’accord politiques pour affermir notre démocratie», a rappelé René Ndemezo’o Obiang qui n’a donc pas hésité longtemps après la proposition de fusion-absorption du chef de l’Etat.

«Il s’agit d’une fusion-absorption qui, selon les textes en vigueur, consisterait pour notre parti à intégrer le PDG», explique-t-il, assurant avoir soumis le projet à toutes les instances de DN qui l’ont approuvé. Reste à fixer les modalités de cette adhésion à la proposition d’Ali Bongo.

 
GR
 

17 Commentaires

  1. Maroga Guy dit :

    vraiment !!!
    I

    Comment Ping aurait-il pu prendre le pouvoir avec ce traître comme Directeur de campagne ???

    Il y a bien des chiens qui ne chargeront jamais leur manière de s’asseoir !!!!

    • Gayo dit :

      Cet opportuniste n’a jamais quitté le pdg. Il voulait retrouver des postes. Ali Bongo le jetera comme une serpillières. Tout ce que Ali Bongo c’est désintérésser les gabonais davantage des hommes politiques, faire en sorte que nous nous résignons en tuant toute confiance possible aux hommes politique. Une résignation qui fait ses affaires dans la confiscation du pays.

  2. KIEM dit :

    C’est une bonne nouvelle qu’il y retourne, c’est René, tous les Gabonais et les Bitamois en particulier connaissent bien cet énergumène qui a fait de la prison pour aller espionner les vrais opposants de l’époque, René, ta chute viendra de Bitam.

  3. Warley dit :

    René Ndemezoo obiang est un pur matérialiste. Lui c’est ses intérêts et le pognon.

  4. Le Patriote dit :

    Ndemezo n’a jamais été opposant. Il est allé espionné Ping. Maintenant, il rejoint le PDG, sa maison mère. On lui a promis le poste de vice-président. Mais, que le prince sache bien que si Ndemezo est nommé vice-président, il ne le sera pas en tant que Fang, mais en son nom propre. Si les Gabonais demandent un équilibre géopolitique, ce n’est pas pour donner des postes à des traîtres comme Ndemezo. Les Gabonais réclament une équité dans la distribution des postes à responsabilité, au lieu de tout donner aux seuls ressortissants du Haut-Ogooué. Il faut éviter des frustrations qui peuvent avoir des conséquences incalculables.

  5. Okoume dit :

    Il a sacrifié son parti politique pour le poste de vice président de la république.

  6. Rhody Junior dit :

    Une nouvelle étonnante mais pas tant si on y réfléchi…

    Au départ l’homme est du PDG, depuis toujours il a des postes de ministre du père au fils. Puis le fils lui enlève ses postes, l’homme se retrouve mis au banc. Il se fâche tout rouge, mais on apprend pas les grimaces à un vieux singe, il connait la musique, il sait se garder sous les feux des projecteurs…

    Il claque la porte du parti qui l’a placardisé, part à la recherche de lumière (et de part du gâteau) dans l’opposition, mais perd l’élection de tous ses espoirs, mais ne se laisse pas abattre.

    L’homme flaire le bon coup, son candidat continuant à s’entêter, le pouvoir a besoin d’un transfuge de poids dans le camp de celui ci. Il saute sur l’occasion, traverse le rubicond, récupère par la même un juteux poste (et certainement des cfa au passage). Coup de maitre!

    Affaire conclu, désormais retour à la situation d’origine, il a sa nomination (il vise encore plus haut d’ailleurs), plus rien ne sert de dépenser à faire vivre un parti politique alors que le pouvoir nous accorde désormais toute l’attention (et toute la considération à travers les postes) qu’on lui réclamait.

    Bien joué maitre, très peu de fin politiciens sont capables de rouler opposition et pouvoir dans la farine, vous y êtes parvenu… Vous êtes un exemple du highlander politique gabonais… On attend le prochain acte, chapeau l’artiste.

    • SERGE MAKAYA dit :

      Y a t-il, dans ce pays, au moins 10 Gabonais qui ne veulent penser qu’au bonheur des autres gabonais avant leur propre bonheur ? Si on en trouve vraiment, le pays est sauvé.

      Autre chose : Ali Bongo ne peut pas chercher un vice président, puisqu’il est mort. Ce sont les français qui cherchent désespérément un nouveau valet, ou comment diviser les Gabonais pour nous imposer ENCORE un Bongo. Pitié ! A NTARE NZAME !!!
      https://info241.com/ali-bongo-se-cherche-desesperement-un-nouveau-vice-president,5786

      • Ulys dit :

        Justement, Nourredine Bongo qui fait un don alimentaire au 5ème arrondissement de Libreville, c’est quasiment une pré campagne. Où va notre pays. En AUCUN CAS je n’accepterai ENCORE un seul Bongo, qui qu’il soit, à la tête du Gabon. JAMAIS PLUS. Et que les français s’occupent de leurs grenouilles svp. Laissez l’Afrique en PAIX.

  7. Moukarim Andjoua dit :

    RNO élan nosi!!! Même pas honte rien que pour le « poids politique » que tu estimais être, vous êtes tous pareils, l’argent maudit vous accompagnera en enfer! Bande de pauvres types avec vos partis de pacotilles qui ne servent que vos organisations de voleurs et profiteurs. Tu as échoué à 100%.

  8. Jean .jacques dit :

    Le vieillard ping ne sait plus quoi faire Serge Mackaya.

    • Serge Makaya dit :

      Et ton idole Ali Bongo (assassin – usurpateur- voleur) est décédé. Et tes amis les français ne savent plus quoi faire. Nous imposer ridicule fils Nourredine ? Ils savent que les gabonais n’en veulent pas. Nous imposer l’autre ridicule fils d’Omar Bongo, Junior ? Les gabonais n’en veulent pas aussi.

      Alors, tes amis français veulent maintenant brouiller les cartes en proposant un vice président. Du n’importe quoi ce jeu ridicule en provenance du Quai d’Orsay. A Ntare Nzame !! Pitié de vous.

      Je m’adresse une dernière fois au peuple gabonais. Même si vous ne voulez pas laver le linge sale en famille (GRANDE CONCERTATION NATIONALE D’AU MOINS DEUX ANS MAXIMUM), faites en sorte au moins que les élections présidentielles sous la forme actuelle n’ait pas lieu, car ce serait vous donner de la peine pour rien. Tout est déjà ficelé pour qu’un Bongo redevienne président du Gabon: ou Nourredine, ou Junior. Et même si ce n’est plus un Bongo, ce sera toujours un serviteur (VALET) des intérêts (soi disant lol) français au Gabon ( quel culot !!)

      N’allons plus jamais à des élections présidentielles sous la forme actuelle. C’est devenu caduque. Même aux USA, ça ne marche plus. J’ai des amis français qui ont travaillés avec moi aux renseignements et qui m’ont même fait savoir que la dernière présidentielle en France était aussi un simulacre.

      Ce que nous devons désormais FAIRE, c’est de proposer un système de gouvernance en équipe. Une équipe d’au moins neuf personnes (hommes ou femmes) choisies dans leur province respective par un vote de la population locale. Et ce sont ces neuf personnes qui représenteront notre pays dans cette équipe gouvernementale. Ce sont les neuf personnes qui dirigeront le Gabon. Et dans cette équipe, à tour de rôle, il y aura « un président », pour une année, qui représentera le Gabon aux rendez-vous de l’histoire: intérieure comme extérieure. Et c’est juste ça don rôle de « président ». Les décisions seront prises en équipe gouvernementale après adoption par les députés. LE SÉNAT EST SANS INTÉRÊT, ET DONC POURRA DÉFINITIVEMENT DISPARAÎTRE.

      Puissions-nous, sur une période d’au moins 10 ans, penser d’abord RECONSTRUIRE NOTRE NATION, NOTRE PAYS, pour le plus grand bonheur de nos enfants et petits enfants. Faisons ce sacrifice pour EUX. C’est POSSIBLE. Mais au préalable, rassemblons-nous pour déjà commencer un début de ce vaste projet qui peut se réaliser.

      JE TERMINE EN INSISTANT SUR CETTE PROPOSITION : NOTRE PAYS NE DOIT PLUS JAMAIS ÊTRE GÉRÉ PAR UNE SEULE PERSONNE. PLUS JAMAIS. C’EST LÀ LE PIÈGE DU QUAI D’ORSAY (FRANCAFRIQUE). POUR BIEN CONSTRUIRE NOTRE NATION, UN TRAVAIL EN ÉQUIPE EST LA MEILLEURE DES SOLUTIONS. Ainsi, le Quai d’Orsay ne pourra plus nous manipuler.

  9. Lavue dit :

    Je pensais qu’il avait le SIDA. Si c’est vrai, il s’agit bien d’un SIDA qui a évolué en SIDA mental, et là pas moyen de le guérir.
    Dans la République des cancres c’est comme ça. Le rigolo MAGANGA-MOUSSAVOU après avoir brillamment léché les bottes au ridicule ALI est à la touche aujourd’hui, il va être remplacé par son compagnon chargé comme lui de la destruction de l’opposition gabonaise. Ce pauvre malade n’ira pas bien loin, il subira le même sort. Ce qui est triste pour le pays c’est de voir que ce sont des énergumènes de cette trempe, plus de 10 ans après la disparition du tristement célèbre OMAR qui occupe l’espace politique national. Ca va vraiment très mal pour le pays.

    Mais que ces comédiens se détrompent, le peuple Gabonais et surtout sa jeunesse n’est pas idiote, n’est pas dupe. Toutes ces petites scènes ne pourront ébranler son envie légitime d’un vrai changement. NDEMEZO’O a ét toujours un pauvre type, il suit le vent. Maintenant que PING n’a plus le sou à lui donner, il est reparti là où il connaît bien comment ça se passe. Pitié.
    Si BITAM pouvait avoir honte à ta place.

  10. Gaston Mezui dit :

    il ne représente pas Bitam pour preuve il a eu combien de député au dernière élection 0 pour dire que a Bitam nous ne sommes pas des moutons .

  11. Milangmissi dit :

    Comment Gabonreview peut il choisir un titre aussi ridicule? Je suis désolé de le dire ainsi DN est membre du gouvernement depuis 2017 comment est ce possible de les mettre dans la catégorie des opposants?

  12. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Samedi 28 février 2015, voici la date de la séparation entre Monsieur NDEMEZO et le parti dit des masses. Soit 6 ans jour pour jour. Morceau au choix:  » L’idée de cette fusion-absorption lui a été soumise, le 23 mars dernier, par le chef de l’Etat lui-même ». Celui qui décida du départ ou de la séparation estime qu’il est temps que la réconciliation intervienne. A mon avis c’est du domaine du déjà vue et revue à Gabao. Ce qui aurais surpris c’est plutôt un éventuel refus (pour aller ou et avec quel idéal?). Amen.

Poster un commentaire