HABANA

Placé sous mandat de dépôt le 30 décembre 2020, entre autres, pour avoir vendu une barge appartenant au Groupement Santullo Sericom dont il est le mandataire légal au Gabon, le vice-président du parti de l’opposition Pour le changement (PLC) a bénéficié ce jeudi 4 mars de l’annulation de son incarcération ainsi que la levée de son mandat de dépôt.

L’opposant Nicolas Nguema avait été arrêté le 4 décembre 2020 à Libreville. © D.R.

 

Sa première libération était intervenue le 23 décembre 2020. Celle-ci n’avait en réalité duré qu’une semaine avant que madame la Doyenne des juges d’instruction près le tribunal de première instance de Libreville ne délivre à son encontre un mandat de dépôt. 19 jours plus tôt, Nicolas Nguema avait été placé en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la recherche (DGR) de la Gendarmerie nationale.

L’entrepreneur et vice-président de PLC était alors soupçonné d’avoir vendu une barge appartenant au Groupement Santullo Sericom dont il est le mandataire légal au Gabon. Problème : cette barge avait été placée sous scellé par la justice en raison du litige opposant l’État gabonais à la société du défunt Guido Santullo.

Après plus de deux mois de privation de liberté, Nicolas Nguema est donc définitivement libre. La Chambre d’accusation de Cour d’appel de Libreville a officiellement annulé ce jeudi 4 mars l’ordonnance portant incarcération du client de Me Jean-Paul Moumbembé. La juridiction a levé par la même occasion le mandat de dépôt décerné contre lui le 30 décembre dernier.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Milangmissi dit :

    Qui va payer la facture ? Deux mois d’inactivité, deux mois des enfants privés de leurs père, deux mois d’humiliation, deux mois de detention dans un endroit où l’inhumanité est à son paroxysme.
    “Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie.” Jorge Luis Borges

  2. helis dit :

    ADIEUX À MAÎTRE MÉRÉ : Il s’en est allé comme nous nous en irons tous un jour.
    Le désaccord politique ne peut pas tout expliquer, tout excuser, tout justifier. Nous avons encore nos us et nos coutumes. On doit marquer une pause et accorder un ultime respect à celui qui a été là avec nous, parmi nous.

    RAYMOND ndong SILMA

  3. diogene dit :

    La barge a-t-elle été vendue ou pas alors qu’elle était sous scellé ou pas ?

    Quant à la liberté définitive à part la mort, je ne vois pas!

Poster un commentaire