HABANA

 

Le Premier ministre a été reçu, le 28 avril, par le président de la République. Plusieurs sujets ont été évoqués parmi lesquels la situation sanitaire actuelle et les discussions avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d’un nouveau soutien aux projets de développement.

Le président Ali Bongo Ondimba en audience avec le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda. © Facebook /PresidenceGabon

 

Un round d’échanges entre le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, et le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, s’est déroulé le 28 avril au Palais du bord de mer. Le chef du gouvernement se devait de restituer la situation ponctuelle des dossiers en cours, notamment relatifs aux situations sanitaire et économique.

En premier lieu, Ossouka Raponda a rendu compte des dernières missions d’État qu’elle a effectué à l’international. Elle s’était en effet rendue, tour à tour, à Brazzaville pour l’investiture du président congolais Denis Sassou Nguesso, après sa réélection, mais aussi à N’Djamena, au Tchad pour les obsèques du président Idriss Déby Itno, décédé sur le champ de bataille.

Sur le plan sanitaire, le point a également été fait par le chef du gouvernement. On sait notamment qu’au 28 avril 2021, la situation épidémiologique au Gabon présentait 724 597 tests réalisés, 22 818 cas positifs, dont 3 290 cas actifs, 19 390 guérisons et 138 décès. Dans le même temps, près de 7000 personnes ont volontairement été vaccinées et 3 000 ont déjà reçu la deuxième dose.

Enfin le chef de l’État et le patron de l’administration n’ont pas manqué de passer en revue les questions économiques. Celles-ci reposent particulièrement sur les discussions engagées entre le Gabon et le Fonds monétaire internationale (FMI) dans le but de rechercher de nouvelles voies pour soutenir les projets inscrits dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation (PAT).

Pour mémoire, le dernier programme entre le Gabon et le FMI a été conclu en juin 2017 et s’est achevé en juin 2020. Il a permis au Gabon d’enregistrer une croissance de près de 4% (3,9% plus exactement) en 2019, un rééquilibrage des comptes des finances publiques, ainsi qu’une reconstitution des réserves monétaires.

A l’issue de l’audience, le chef de l’État a donné des orientations au Premier ministre pour faire aboutir les projets inscrits dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation, pour bien de la population et le développement du Gabon.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire