mdas

 

Remplissant les conditions requises et prescrites par le cahier de charges de la réforme de l’olympiade 2021-2024, cinq fédérations sportives gabonaises sont entrées en possession de leur subvention, le 29 septembre. Il s’agit d’un accompagnement de l’État, via le ministère des Sports, devant leur permettre de travailler à de meilleurs résultats. 

© Gabonreview

 

Les fédérations nationales de basket, de golfe, de handball, d’athlétisme et de taekwondo sont conformes au cahier de charges de la réforme olympiade 2021-2024. Pour récompenser leurs efforts en termes de conformité avec la loi et les prescriptions de ce document contractuel, elles ont été dotées de subventions annuelles, le 29 septembre. Elles passent à la caisse pour se partager un montant total de 258 millions de francs CFA. Une somme destinée à soutenir ces structures dans le cadre de la consolidation des leurs actions, mais surtout à les aider à développer leurs disciplines respectives.

Il y a, en effet, que dans le cadre de la réforme olympiade 2021-2024, les fédérations sportives nationales ont été invitées à se conformer à un cahier de charges pour bénéficier de l’accompagnement financier de l’État. À ce jour, fait savoir le ministère en charge des Sports, seules cinq (5) fédérations répondent aux exigences du document à valeur de contrat. Elles vont donc bénéficier d’«une subvention de l’État pour couvrir les charges de leur fonctionnement, grâce aux avis d’ordonnancement N° 22008973 et N° 22008968 datés du 29 septembre 2022».

L’athlétisme (FGA), le basket-ball (Fegabab), le golf (Fegagolf) et le taekwondo (Fegatae) bénéficieront, chacun, de 52 millions de francs CFA. Quant au handball (Fegahand), il est doté d’une enveloppe de 50 millions de francs CFA. Le département ministériel dirigé par Franck Nguema souligne que «nonobstant cette subvention de fonctionnement, il est à noter que ces cinq fédérations sportives nationales bénéficient déjà du soutien multiforme de l’État, dans le cadre de leurs compétitions sportives statutaires».

En 2020, Franck Nguema avait en effet initié la réforme dite Olympiade 2021-2024, prenant un Arrêté portant dispositions du Cahier de charges et conditionnant l’accompagnement de l’Etat au profit des fédérations sportives nationales. Objectif principal : redynamiser ces organisations sportives nationales pour les arrimer aux standards internationaux en matière de gouvernance sportive et pour répondre aux exigences de la vision du président Ali Bongo Ondimba de faire du «Gabon une Nation sportive performante et qui gagne».

Le passage en caisse de ces cinq fédérations devrait encourager d’autres collectifs d’associations à rentrer dans les rangs en organisant, par exemple, les élections de fin de mandat des bureaux et en remplissant convenablement le cahier de charges de l’olympiade 2021-2024.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire