mdas

 

Selon le général Serge Hervé Ngoma, Commandant en chef des Forces de police nationale, plus de 2,6 milliards de FCFA de préjudices financiers ont été enregistrés au Gabon pour la seule période allant de janvier à octobre de l’année en cours, du fait d’escroqueries et de détournements, entre autres.

Plus de 2,6 milliards de FCFA ont été dérobés au Gabon en 10 mois. © Gabonreview

 

Les extorsions de fonds semblent encore avoir de beaux jours en Afrique centrale, et particulièrement au Gabon. C’est, en tout cas, le constat fait lundi par les participants du 28e Programme mondial de lutte contre les crimes financiers, la corruption et le recouvrement d’avoirs dont les travaux se déroulent à Libreville du 21 au 25 novembre prochain. En dépit des lourdes sanctions pénales infligées ces dernières années par la justice, le phénomène tend à s’empirer.

Le général Serge Hervé Ngoma a fait savoir, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux, que «les statistiques de la direction des Affaires économiques et financières révèlent un chiffre de 2 610 650 508 FCFA de préjudices financiers enregistrés» dans la période allant de janvier à octobre 2022, soit 10 mois. Une colossale perte d’argent due, selon le Commandant en chef des FPN, aux faits d’abus de confiance, d’escroqueries, de détournements et d’usage de faux.

Aussi, le président en exercice du Comité des chefs de police d’Afrique centrale (CCPAC) voit-il d’un bon œil l’organisation à Libreville de la formation dédiée aux acteurs de la répression des crimes financiers du Gabon et de la sous-région de l’Afrique centrale. Celle-ci, a-t-il indiqué, «est en droite ligne avec la vision sécuritaire des plus hautes autorités gabonaises en tête desquelles Ali Bongo Ondimba, chef de l’État, chef suprême des forces de défense et de sécurité». Le général Serge Hervé Ngoma estime en effet que cette formation vise à «assainir le milieu des affaires au Gabon».

 

 
GR
 

1 Commentaire

Poster un commentaire